Manuel Valls : "Oui, sur un certain nombre de sujets, j'avais raison"

Manuel Valls : "Oui, sur un certain nombre de sujets, j'avais raison"
Manuel Valls, le 30 septembre 2019, à Paris

, publié le mercredi 30 octobre 2019 à 09h34

L'ancien Premier ministre a commenté les discussions actuelles sur laïcité, appelant à ne pas "cacher" des sujets qui "ont en grande partie dynamité la gauche".

Le Sénat, à majorité de droite, a adopté ce mardi 29 octobre une proposition de loi visant à interdire le port de signes religieux aux parents accompagnant des sorties scolaires, jugée "contre-productive" par le ministre de l'éducation Jean-Michel Blanquer. Ce vote s'inscrit au coeur d'un débat crispé autour de la laïcité, de nombreux élus dénonçant la teneur des discussions en cours.

Invité de BFM-TV ce mercredi 30 octobre, Manuel Valls a défendu les questions de laïcité, qu'il décrivait déjà entre 2017 comme le "combat de sa vie". "Il faut jamais cacher les sujets, Jamais cacher la montée puissante de l'antisémitisme, les phénomènes de radicalisation, les débats au sein-même de l'islam de France et la nécessité de faire bloc et mener une vraie reconquête républicaine dont la laïcité est le pilier", a t-il déclaré. "Oui, sur un certain nombre de sujets, j'avais raison", a t-il estimé, évoquant la période où il occupait Matignon. "Les débats qui traversent la majorité actuelle me rappellent les débats qui traversaient la gauche et le parti socialiste. Ces débats ont en grande partie dynamité la gauche", a t-il commenté.



Tandis que le Sénat a voté la proposition de loi LR sur le port du voile, des élus de gauche ont dénoncé un "climat intolérable".

Lors d'une conférence de presse au Sénat, six élus, rassemblés à l'initiative de la sénatrice Générations Sophie Taillé-Polian, ont appelé au "retrait" du texte, "un non-sens absolu d'un point de vue juridique", selon la sénatrice PS Sylvie Robert, qui "ne fait honneur ni à la laïcité ni à la France", selon Esther Benbassa, sénatrice EELV.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.