"Manipulation", "complotisme" : Jadot et le gouvernement s'écharpent sur le rapport RTE

"Manipulation", "complotisme" : Jadot et le gouvernement s'écharpent sur le rapport RTE
Yannick Jadot, le 21 octobre 2021, à Paris

publié le mardi 26 octobre 2021 à 11h30

Le candidat EELV à la présidentielle a critiqué le rapport du gestionnaire du réseau électrique français, qu'il estime biaisé en faveur de l'exécutif.

Le gestionnaire du réseau électrique français RTE a présenté lundi ses principales conclusions sur l'avenir du système à l'horizon 2050, en plein débat avant la présidentielle. Le document conforte les partisans du nucléaire, car il conclut que, du strict point de vue économique, il reste une voie moins chère que de compter sur les seules énergies renouvelables pour atteindre la neutralité carbone au milieu du siècle, comme la France s'y est engagée aux côtés de dizaines de pays.

Critique de ce rapport, Yannick Jadot a dénoncé lundi une "manipulation du gouvernement" et "une présentation partielle et donc partiale" du nucléaire en France, fondée "principalement sur une seule trajectoire d'évolution de la consommation électrique" et mettant volontairement mal en valeur l'hypothèse de la maîtrise de la consommation

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, s'est chargé de répondre au camp écologiste, fustigeant les "idéologies" sur le nucléaire de certains responsables politiques, dont le candidat EELV. "On a entendu beaucoup d'idéologies", "dans un contexte de pré-présidentielle", a dénoncé Gabriel Attal sur Europe 1, se félicitant de son côté que le rapport "montre qu'arriver à la neutralité carbone en 2050, sortir du pétrole, c'est possible".



"Ceux qui expliquent qu'on peut se priver des énergies renouvelables, arrêter de construire des éoliennes, voire supprimer les éoliennes, tout comme ceux qui disent qu'on peut sortir brutalement du nucléaire, ils nous promettent une chose: c'est de nous éclairer à la bougie dans les 15 ans qui viennent", a-t-il raillé.

"On est à la limite du complotisme"

Le porte-parole du gouvernement a clairement visé les écologistes qui, "quand ils ne sont pas d'accord avec des constats, y compris des constats formulés par des experts ou des scientifiques, expliquent que c'est faux, que c'est de la manipulation". On ne peut pas, quand on n'est pas content, parce que ça ne correspond pas à son dogme, jeter le travail qui a été fait par des experts et des responsables", a fait valoir Gabriel Attal.

"Je trouve honteux que Yannick Jadot parle de manipulation. On est à la limite du complotisme. Quelqu'un qui se présente à l'élection présidentielle ne devrait pas se comporter comme ça", a surenchéri la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, à l'antenne de France Inter.



"Qu'il débatte mais qu'il ne verse pas dans quelque chose pas au niveau d'un candidat à l'élection présidentielle", a t-elle ajouté.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.