Mairie de Barcelone : Valls, toujours pas candidat, «regarde ça de près»

Mairie de Barcelone : Valls, toujours pas candidat, «regarde ça de près»
Manuel Valls, en mars 2018 à Barcelone, lors d'une manifestation contre l'indépendance de la Catalogne, en compagnie D'Albert Rivera, le chef de file du parti de centre droit Ciudadanos qui lui offre la mairie de Barcelone ...

leparisien.fr, publié le mercredi 30 mai 2018 à 13h25

L'ancien Premier ministre socialiste, aujourd'hui député apparenté LREM, assure ne pas avoir pris la décision d'être candidat. Mais il ne dit toujours pas non.

Ira ? Ira pas ? L'ancien Premier ministre Manuel Valls ne fait rien pour démentir une éventuelle candidature à la maire de Barcelone. « Je n'ai pas pris ma décision », a déclaré celui qui n'est plus « que » député LREM ce mercredi matin sur France Inter. Mais, « je regarde ça de près, avec beaucoup d'intérêt », a-t-il aussitôt ajouté. Selon L'Opinion, les choses se préciseraient et Manuel Valls, qui multiplie ces derniers jours les rencontres avec des responsables politiques espagnols pour créer les conditions d'une candidature, annoncera sa décision d'y aller ou pas cet été.

« Je me donne quelques semaines, quelques mois, pour prendre cette décision », confirme sur France Inter, l'ancien candidat malheureux à la primaire de la gauche à la dernière présidentielle française. Après tout, les élections municipales dans la capitale de la Catalogne, un scrutin à un tour à la proportionnelle, ne sont pas prévues avant juin 2019.

Barcelone est dirigée depuis 2015 par Ada Colau, une ancienne militante du droit au logement proche du mouvement Podemos (gauche radicale espagnole) qui a perdu récemment le soutien des socialistes locaux. Mais c'est sous l'étiquette de nouveau parti libéral de centre droit Ciudadanos que Manuel Valls n'exclut pas de se présenter.

La formation, farouchement anti-indépendantiste, est arrivée en tête lors des dernières élections régionales en Catalogne, notamment à Barcelone. Manuel Valls peut aussi espérer rallier sous son panache des socialistes ou des membres du Parti populaire (droite, au pouvoir à Madrid mais marginalisé en Catalogne).

Mais, Manuel Valls ne l'ignore pas, de sa décision de franchir ou pas les Pyrénées, dépend aussi son avenir sur la scène politique française. « C'est une décision autant politique que personnelle très lourde, a-t-il avoué ce matin sur France Inter. « Et ensuite parce que je respecte aussi beaucoup les Barcelonais et puis parce que, permettez-moi de le dire en passant, j'aime par dessus tout la France. »

«J'aime par dessus tout la France »

Un écartèlement supposé que le député de l'Essonne finit par balayer en reconnaissant qu'une candidature à la mairie de Barcelone donnerait « une espèce d'illustration de ce qu'est la citoyenneté européenne ». « Si ça marche, vous vous rendez compte le coup ? », confie-t-il même à L'Opinion. Et tant pis si ses anciens amis y voyaient jusqu'à présent « une façon d'exister, de montrer qu'il peut encore jouer un rôle quelque part ».

Né espagnol mais naturalisé français, l'ancien Premier ministre aime rappeler qu'il a grandi à Barcelone. Depuis l'automne, il est souvent retourné en Espagne et a participé à de nombreux débats et manifestations politiques pour dénoncer le séparatisme en Catalogne. On ignore si Manuel Valls y pense en se rasant mais - faut-il y voir un signe ? - il a perdu le bouc qu'il arborait depuis plusieurs mois.

Il pourrait rester député français S'il était candidat à la mairie de Barcelone et surtout s'il était élu maire de la deuxième ville d'Espagne, Manuel Valls pourrait, en théorie, continuer à siéger à l'Assemblée nationale française.

Depuis le traité de Maastricht, en 1992, les ressortissants de l'Union européenne résidant dans un autre Etat membre ont le droit de voter et de se présenter aux élections municipales du pays dans lequel ils vivent.

Et, non seulement la loi française n'oblige pas un député à maintenir sa résidence en France mais la loi sur le cumul des mandats ne s'applique qu'aux mandats français... Reste que de la théorie à la pratique...

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.