Macron sur le port du voile : «Je ne veux pas de loi qui l'interdise dans la rue»

Macron sur le port du voile : «Je ne veux pas de loi qui l'interdise dans la rue»

Palais de Chaillot (Paris XVIe), dimanche soir. Emmanuel Macron a répondu pendant plus de deux heures trente aux questions d'Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin.

leparisien.fr, publié le lundi 16 avril 2018 à 00h23

Lors de l'interview fleuve de ce dimanche soir, Emmanuel Macron n'a pas eu de « réponse univoque » sur le port du voile, notamment lorsqu'il concerne les adultes lors des sorties scolaires. 

La laïcité en question. Lors de l'interview fleuve de ce dimanche soir, interrogé sur des propos du ministre de l'Education, qui estime qu'un parent accompagnant ne devrait « normalement » pas porter de signe religieux, par exemple le voile pour une mère, Emmanuel Macron a qualifié cette position de « conviction personnelle » de Jean-Michel Blanquer. Le chef de l'Etat a indiqué qu'il fallait faire un distinguo.

Pour le cas des « mamans accompagnatrices hors de l'école qui peuvent avoir un foulard » : « si elles sont en responsabilité pour l'école, elles n'ont pas à porter le foulard parce qu'elles sont sous la laïcité de l'Etat, si elles sont en fonctionnaires, en quasi-fonctionnaires ou en collaborateurs occasionnelles du service public, elles ne peuvent pas porter le foulard» .

«Si elles sont dans un cadre qui est à côté de cela, elles sont citoyennes, elles ont leur identité, elles sont là et la société elle n'est pas laïque et leur permet d'avoir le voile , a-t-il déclaré lors de son interview fleuve. «Le sujet du voile est très important», a-t-il déclaré mais « je n'ai pas une réponse univoque sur ce point ».

«Pas conforme à la civilité qu'il y a dans notre pays»

« Mon approche personnelle, c'est que toute personne qui accompagne les élèves est en situation d'être ce qu'on appelle un collaborateur bénévole du service public (...) qui doit se conformer à un certain nombre de devoirs. C'est ma position », avait indiqué Jean-Michel Blanquer en décembre.

« Pourquoi le voile nous insécurise ? Cela n'est pas conforme à la civilité qu'il y a dans notre pays. Nous sommes attaché à l'égalité entre l'homme et la femme. On doit l'expliquer, on doit convaincre. Je ne veux pas de loi qui l'interdise dans la rue, ce serait contre-productif. La société elle n'est pas laïque et doit leur permettre de porter leur voile. Ce que je veux c'est qu'aucune femme ne soit obligée de porter le voile. C'est une bataille pour l'émancipation» a conclu le président. 

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.