Macron répond à Thunberg: porter plainte, "pas sûr que ce soit la voie la plus efficace"

Macron répond à Thunberg: porter plainte, "pas sûr que ce soit la voie la plus efficace"
Emmanuel Macron le 23 septembre 2019 au sommet de l'ONU sur le climat à New York

AFP, publié le mardi 24 septembre 2019 à 09h59

Emmanuel Macron a estimé mardi que la plainte de Greta Thunberg contre la France n'était pas "la voie la plus efficace" pour lutter contre le changement climatique et que des "positions très radicales" sont "de nature à antagoniser nos sociétés".

"Je ne suis pas sûr que ce soit la voie la plus efficace", a réagi sur Europe 1 le président de la République, depuis New York où il assiste au sommet de l'ONU sur le climat. 

Depuis la tribune de l'ONU à New York, l'adolescente suédoise a demandé lundi soir, au nom des milliers de jeunes qui la suivent, des comptes aux dirigeants mondiaux, qu'elle accuse de "trahison" sur les questions du dérèglement climatique. 

Aux côtés de quinze autres jeunes, elle a déposé une plainte inédite devant le Comité des Droits de l'Enfant de l'ONU, contre cinq pays, l'Argentine, le Brésil, la Turquie mais aussi l'Allemagne et la France.

"Toutes les mobilisations de notre jeunesse ou des moins jeunes sont utiles. Mais il faut qu'elles se concentrent maintenant sur ceux qui sont le plus loin, ceux qui essaient de bloquer. Je n'ai pas le sentiment que le gouvernement français ou le gouvernement allemand, aujourd'hui, sont en train de bloquer", a plaidé le chef de l'Etat.

"Quand je vois qu'on va fermer l'ensemble de nos activités charbon, qu'on stoppe l'exploitation d'hydrocarbures, qu'on est en train de bouger, je ne suis pas sûr que ce soit la voie la plus efficace", a-t-il ajouté, en estimant que "des positions très radicales (sont) de nature à antagoniser nos sociétés".

"Je ne suis pas sûre qu'on mobilise avec du désespoir, avec presque de la haine, en montant les uns contre les autres", a également mis en garde sur France Inter la secrétaire d'Etat à la Transition écologique Brune Poirson.

"Bien sûr" que Greta Thunberg en fait trop, a encore jugé le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer, en réponse à une question de BFMTV.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.