Macron qualifie la démocratie "de système bottom up" et s'attire les foudres de Bernard Pivot

Macron qualifie la démocratie "de système bottom up" et s'attire les foudres de Bernard Pivot
Emmanuel Macron au Collège de France, à Paris, le 29 mars 2018.

Orange avec AFP, publié le vendredi 30 mars 2018 à 16h55

Pour l'ex-animateur d'Apostrophes, l'anglicisme utilisé par le chef de l'État "dévalue la démocratie d'expression française".

Pour que la France "ne rate pas le train de l'intelligence artificielle", Emmanuel Macron a présenté jeudi 29 mars un plan ambitieux pour lequel l'État consacrera 1,5 milliard d'euros d'ici la fin du quinquennat avec la volonté d'attirer et de retenir les meilleurs chercheurs. "Je souhaite que la France soit l'un des leaders de l'intelligence artificielle, nous en avons les moyens et nous allons en créer les conditions", a-t-il affirmé dans son discours au Collège de France.

À cette occasion, le chef de l'État a également déclaré qu'il croyait "dans l'autonomie et la souveraineté. La démocratie est le système le plus bottom up de la Terre", ainsi qu'en atteste ce tweet posté sur son compte Twitter.



Souvent utilisé dans l'univers du marketing ou de la finance, cet anglicisme, qui se traduit par de "bas en haut", "fait référence à une approche consistant à s'appuyer sur l'échelon le plus fin pour en tirer des conclusions plus générale", précise Le Figaro.

Un terme qui n'a pas manqué de faire réagir Bernard Pivot.



Sur Twitter, le président de l'académie Goncourt et ancien animateur de l'émission Apostrophes a estimé que cet anglicisme "dévalue la démocratie d'expression française".

"Passer de De Gaulle, sa vision, ses discours magnifiques à un président techno-bancaire qui qualifie la démocratie de système le plus 'bottom up de la terre' comme s'il récitait un cours de 'management' d'école de commerce... France réveille toi!", s'est de son côté insurgé sur le réseau social le président des Patriotes Florian Philippot.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.