Macron promet que le service national universel verra bien le jour

Macron promet que le service national universel verra bien le jour

Le président de la République, Emmanuel Macron, ce vendredi 19 janvier à Toulon (Var).

Orange avec AFP, publié le vendredi 19 janvier 2018 à 13h55

Le service national universel, promesse de campagne d'Emmanuel Macron, "sera mené à son terme", a assuré le chef de l'État lors de ses vœux aux armées ce vendredi 19 janvier à Toulon (Var).

"Je veux rassurer chacun, il sera mené à son terme, il entrera à bon port, il sera conduit par l'ensemble des ministères concernés, et pas simplement par le ministère des Armées, il aura un financement ad hoc, qui ne viendra en rien impacter la loi de programmation militaire" 2019-2025 qui doit être prochainement présentée, a promis le président.

Durant la campagne, Emmanuel Macron avait anticipé un projet de loi dès la fin 2017, évoquant un coût compris entre 2 et 3 milliards d'euros "en rythme de croisière" pour "600.000 et 800.000 jeunes" chaque année.



Six mois après la démission fracassante du chef d'état-major des armées Pierre de Villiers, qui avait pour origine des économies réclamées en 2017 aux armées, Emmanuel Macron a réaffirmé que le budget de la Défense serait porté à 2% du PIB d'ici à 2025, rappelant que dès 2018 il serait augmenté de 1,8 milliard d'euros pour atteindre 34,2 milliards. En contrepartie, le président a réclamé aux Armées "la plus grande exigence collective", prévenant qu'il y veillerait "personnellement". "Chaque dépense sera évaluée à l'aune de son utilité opérationnelle", a-t-il averti.



DEUX SEMAINES OU UN MOIS ?

Mardi, la porte-parole des députés La République en marche, Aurore Bergé, avait déjà assuré que "la promesse" d'Emmanuel Macron serait "tenue". Interrogée sur la possibilité d'instaurer un "parcours citoyen" s'adressant aux jeunes de 10 à 16 ans - système beaucoup moins cher pour l'État qu'un service national d'un mois - elle avait indiqué que "c'est une des propositions".

Le service national universel pourrait être expérimenté "en 2019", avait, elle, expliqué la secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq. "La commission de haut niveau va prendre en charge ce dossier. Nous avons fait des propositions au Premier ministre qui devrait la nommer courant octobre", a-t-elle ajouté, en précisant que l'esprit était d'y inclure "tous les représentants des ministères concernés, des responsables de la jeunesse, des parlementaires, des personnes qualifiées". "L'idée est que la Commission puisse remettre ses préconisations au printemps 2018. Ensuite, il pourrait y avoir une phase d'expérimentation en 2019, c'est ce qui est souhaité par le président de la République et le Premier ministre", avait-elle poursuivi.

Geneviève Darrieussecq avait également souhaité que ce service "forme des jeunes qui soient protecteurs du pays". Ils pourraient y apprendre "les gestes qui sauvent, la conduite à tenir en cas de cataclysme, d'attentats, d'état de guerre". Les députés chargés d'un rapport sur le service national universel promis par Emmanuel Macron pendant sa campagne rendront leurs conclusions le 31 janvier, selon le président de la commission de la Défense, Jean-Jacques Bridey (LREM).

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
613 commentaires - Macron promet que le service national universel verra bien le jour
  • Quoique l'on puisse en penser le service national était un énorme machine a brasser les populations, Un des problèmes que rencontre notre société c'est que les individus qui la compose ne se connaissent pas et même s’ignorent volontairement. Difficile dans ces conditions d'etre cohérent.

  • mème les dealers ? comment faire c'est eux qui font la loi

  • très bien pendent les événements d’Algérie le service national été de vingt huit mois avec une avec un salaire de dix francs ancien et une cartouche de cigarettes dit de troupe le tout par mois ?? mais nous avons perdus plus de quinze milles jeunes appelés lors des enterrements d'un appelé il été accompagné de six soldats en armes et quelques personnalités

  • Je pense que sa majesté regrette de ne pas l'avoir fait !! Peut être a t il décidé de s'engager ! On ne sait jamais !

    avatar
    Dame-Hermeline  (privé) -

    Ah bon? Pourtant, le service militaire n'a été aboli qu'en 1997 : Macron avait alors 19 ans. Hé ! Il a 40 ans, pas 25...

  • mr de macron impose beaucoup trop a mon avis de vieille femme ! le service nationnale ne sert a rien par contre remettre la morale et l'instruction civique a l'ecole serait plus intelligent et les cours de secourisme au lycee serait aussi tres intelligent!

    deja puisque nos enfants sont en retard, ne faudrait-il pas que les profs fassent leur travail d'education et non pas se choisir chacun l'heure de cours qui les intéressent et laisser les eleves sans cours entre deux et quelquefois une heure de cours dans la journee, les eleves sont livres a eux meme etant a la campagne il n'y a pas de bus toutes les heures et les parents qui travaillent ne peuvent pas aller les chercher sans arret au cours de la journee. Il me semble que les profs ont suffisament de vacances sans etre en arret maladie ou maternite quelquefois deux annees de suite.Les remplaçants quand il y en a ne suivent pas les programmes comme ça nos enfants peuvent etre instruits.

    avatar
    Dame-Hermeline  (privé) -

    D'accord avec vous, nada..
    Lemalain, les enseignants sont là avant tout pour enseigner, pas pour éduquer. Ca, c'est le job des parents. Du moins, ça devrait l'être...