Macron promet de débattre avec les maires reçus à l'Élysée

Macron promet de débattre avec les maires reçus à l'Élysée
Le président Emmanuel Macron. Photo prise le 20 novembre 2018 à Louvain-la-Neuve, en Belgique.

AFP, publié le mercredi 21 novembre 2018 à 15h13

Emmanuel Macron tiendra mercredi soir avec les plus de 1.000 maires invités à l'Élysée une séance de questions-réponses, après son discours, a indiqué mercredi le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux.

"Ce soir il accueillera un peu plus d'un millier de maires avec un échange libre, une intervention suivie d'un jeu de questions-réponses assez inhabituel, qui est indispensable" parce que, a expliqué M. Griveaux, "le dialogue n'a jamais été rompu" avec les élus locaux.

"Nous sommes du côté des maires, pas du côté de ceux qui les instrumentalisent après avoir consciencieusement baissé leurs dotations lorsqu'ils étaient aux responsabilités", a-t-il accusé, reconnaissant "un grand désarroi de nombreux maires".

Le chef de l'État a décidé de ne pas se rendre au congrès des maires de France cette année, préférant les recevoir à l'Élysée. Auparavant, à 17h30, il s'entretiendra avec le bureau de l'Association des maires de France, présidée par François Baroin (LR).

Mais jusqu'ici l'Élysée n'avait pas évoqué un échange organisé avec les élus, dont certains ont refusé l'invitation.

"Ceux qui ont décliné l'invitation sont souvent les mêmes qui auraient souhaité que le président de la République se rende au Congrès des maires, donc il y a un forme de contradiction", a poursuivi M. Griveaux.

Beaucoup de maires "n'ont pas subi depuis dix ans la baisse de leur dotation de fonctionnement", alors que François Baroin, l'actuel président  de l'AMF, les avaient baissées lorsqu'il était ministre de l'Economie et des Finances, a-t-il critiqué. 

Quant à André Laignel, premier vice-président PS de l'AMF, "je n'étais même pas né quand il a été élu maire d'Issoudun pour la première fois", a ironisé M. Griveaux. M. Laignel est maire depuis mars 1977, soit 41 ans, alors que M. Griveaux est né en décembre de la même année.

Au cours de l'échange à l'Élysée, "les maires diront la colère sociale à laquelle ils sont confrontés, leur sentiment d'être parfois démunis face à une Administration centrale sourde à leurs demandes". Ils attendent "des solutions concrètes" à des problèmes concrets, a-t-il conclu. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.