Macron giflé : "J'en appelle à un sursaut républicain", lance Jean Castex

Macron giflé : "J'en appelle à un sursaut républicain", lance Jean Castex
Le Premier ministre Jean Castex, le 8 juin 2021 à l'Assemblée nationale.
A lire aussi

publié le mardi 08 juin 2021 à 16h29

Le Premier ministre a dénoncé l'agression d'Emmanuel Macron, estimant devant les députés que "la politique ne peut en aucun cas être la violence, l'agression verbale, et encore moins l'agression physique".

En visite dans la Drôme mardi 8 juin, à la rencontre des professionnels de la restauration à la veille de la réouverture des salles de restaurant, Emmanuel Macron a été giflé par un homme. Un incident qui a provoqué l'indignation au sein de la classe politique, à commencer par le Premier ministre.



Dès le début des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, Jean Castex a pris la parole pour dénoncer cette agression. "La démocratie, et vous en êtes l'illustration, c'est le débat, c'est le dialogue, c'est la confrontation d'idées, c'est l'expression de désaccords légitimes bien entendu, mais ça ne peut en aucun cas être la violence, l'agression verbale, et encore moins l'agression physique", a-t-il déclaré sous les applaudissements des députés.

"J'en appelle à un sursaut républicain, nous sommes tous concernés, il en va des fondements de notre démocratie", a-t-il ensuite exhorté. 

De la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen au leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon, en passant par l'ex-président PS François Hollande, toute la classe politique a vivement condamné cette agression. "Il est inadmissible de s'attaquer physiquement au président de la République, à des responsables politiques, mais plus encore au président qui est le Président", a insisté Mme Le Pen, en déplacement à Laxou (Meurthe-et-Moselle).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.