Macron et Borne pâtissent des législatives, Marine Le Pen en sort renforcée

Macron et Borne pâtissent des législatives, Marine Le Pen en sort renforcée©AFP
A lire aussi

publié le vendredi 24 juin 2022 à 05h00

SONDAGE. Si 74% des Français pensent que le chef de l'Etat sort affaibli des élections législatives, au cours desquelles il a perdu sa majorité absolue, 72% d'entre eux jugent que Marine Le Pen en sort renforcée, selon le dernier baromètre BVA pour Orange et RTL

Affaibli dans l'Assemblée nationale à l'issue des élections législatives, Emmanuel Macron, qui ne dispose désormais que d'une majorité relative dans l'Hémicycle l'est également aux yeux des Français.

Selon le dernier baromètre BVA pour Orange et RTL publié vendredi 24 juin, seuls 38% des Français ont désormais une bonne opinion du chef de l'Etat, soit une baisse de 4 points par rapport au mois dernier. 




Sa Première ministre Elisabeth Borne voit elle aussi sa cote de popularité nettement diminuer depuis le mois dernier, où elle venait d’être nommée : 41% des Français ont une bonne opinion d’elle. La cheffe du gouvernement accuse ainsi une forte baisse de 9 points par rapport à mai quand elle venait d'être nommée, mais reste plus populaire que le président, et dans le sillage de celle de son prédécesseur à Matignon, Jean Castex. 




Par ailleurs, 42% des interviewés souhaitent qu’elle reste Première ministre, contre 57% qui ne le souhaitent pas. Des résultats qui n’ont pas évolué depuis les législatives et qui ne témoignent pas chez les Français d’un sentiment particulièrement prononcé d’illégitimité à son poste, contrairement à ce qu'en disent certains opposants. 

60% des Français estiment néanmoins qu’elle sort de la séquence affaiblie, mais ils sont 74% à le penser pour Emmanuel Macron.

Le Pen grande gagnante des législatives, Mélenchon toujours aussi clivant

A l'inverse, 72% des Français pensent que Marine Le Pen, réélue dimanche dernier dans le Pas-de-Calais, sort renforcée des législatives et 71% pensent de même à propos du Rassemblement national, qui compte désormais 89 députés au Palais-Bourbon. Sa cote d'influence est par ailleurs en hausse. 37% des sondés aimeraient qu'elle davantage d'influence dans la vie politique française (+3), juste derrière Edouard Philippe (42%, -1), toujours à la première place du classement.




C’est la seule personnalité, et le seul parti, à bénéficier d’une telle perception. A titre de comparaison, Jean-Luc Mélenchon ne donne le sentiment de sortir renforcé des législatives qu’à une majorité relative de Français (44%, tandis que 27% le jugent affaibli). Même constat pour la France insoumise (41% la jugent renforcée, 24% affaiblie). Les autres partis ne sont quant à eux pas considérés comme tirant leur épingle du jeu, que ce soit LR (48% pensent qu’ils sortent affaiblis de la séquence), le PS (44%), le PC (35%) ou EELV (35%). 




S'il s'en sort mieux que ses adversaires politiques, Jean-Luc Mélenchon peine toutefois toujours à apparaitre comme une alternative crédible à Emmanuel Macron et à incarner la principale opposition au président. Ainsi sa cote d’influence diminue une nouvelle fois, seuls 26% des Français souhaitant qu’il joue un rôle important à l’avenir (-7 points depuis mai, -14 points depuis avril).




Un renouveau démocratique ?

Alors que le camp présidentiel alerte sur l'absence de majorité absolue à l'Assemblée nationale, craignant des "blocages", et qu'Emmanuel Macron enjoint les opposition à "bâtir des compromis", pour une majorité de Français (56%), la nouvelle composition de l’Assemblée nationale est une bonne chose : ils considèrent ainsi que cela va revitaliser la démocratie et renforcer le rôle du Parlement. Seuls 24% des Français considèrent que c’est plutôt une mauvaise chose et redoutent la paralysie du pays ou l’incapacité de faire passer la moindre réforme.




Pour de nombreux Français, le sujet est en réalité anecdotique : si 27% sont mécontents des résultats et 38% s'en réjouissent, 44% se montrent indifférents à l’égard du résultat des législatives.

Enquête réalisée auprès d'un échantillon 1.000 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogés par Internet les 22 et 23 juin 2022. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.