Macron, Darmanin, Le Pen, Mélenchon... Aucun politique jugé crédible face au terrorisme

Macron, Darmanin, Le Pen, Mélenchon... Aucun politique jugé crédible face au terrorisme
Gérald Darmanin et Emmanuel Macron le 20 octobre à Bobigny.
A lire aussi

, publié le vendredi 23 octobre 2020 à 07h00

Si les propositions du chef de l'État et du gouvernement n'apparaissent pas efficaces aux yeux des Français, leurs opposants passent pour encore moins compétents sur cette thématique, selon un sondage BVA pour Orange et RTL vendredi 23 octobre. 

Quelques jours après l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine et alors qu'une deuxième vague d'épidémie se précise, comment les Français perçoivent-ils l'action de l'exécutif ? Est-il jugé à la hauteur dans son action contre le terrorisme ? Quelles sont les figures politiques jugées crédibles dans ce domaine ? 

Dans un contexte post-attentat, l'exécutif n'apparaît pas très efficace dans sa lutte contre le terrorisme... mais l'opposition non plus 




Peu de déclarations politiques post-attentat ont porté dans l'opinion.

Quelle que soit la personnalité testée, les Français ont du mal à se prononcer sur la crédibilité de leurs propositions en matière de lutte contre le terrorisme et le sentiment d'inefficacité domine. 

Mélenchon, jugé le moins efficace

Concernant l'exécutif, 32% des Français jugent les déclarations d'Emmanuel Macron efficaces pour lutter contre le terrorisme, contre 49% qui les jugent inefficaces. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, très présent médiatiquement, n'est pas jugé plus crédible (26% pensent que ses propositions et déclarations sont efficaces, 44% qu'elles ne le sont pas). 

À gauche, seuls 13% des Français estiment que les propositions et déclarations de Jean-Luc Mélenchon (LFI) sont efficaces. Olivier Faure (PS) a du mal de son côté à être audible sur ce sujet (45% ne se prononcent pas et seuls 8% des Français estiment que ses déclarations sont efficaces, contre 47% qui pensent qu'elles ne le sont pas). 

À droite, aucun des leaders s'étant exprimé sur le sujet ne se démarque réellement, mais on notera que Xavier Bertrand suscite un peu plus le sentiment que ses propositions sont efficaces (22%), juste devant Valérie Pécresse (19%), Christian Jacob étant moins identifié (11%). 

Quant à Marine Le Pen, 31% des Français jugent ses déclarations efficaces pour lutter contre le terrorisme, contre 46% qui les jugent inefficaces. Elle peine donc à faire la différence avec Emmanuel Macron. 

Macron regagne des points, Castex baisse encore 




Depuis la rentrée, la cote de popularité d'Emmanuel Macron évolue en dents de scie : après avoir baissé de 6 points le mois dernier, elle augmente de 4 points ce mois-ci. 42% des Français déclarent ainsi avoir une bonne opinion du chef de l'État, contre 57% qui en ont une mauvaise opinion (-5 points).  




Si la baisse de Jean Castex observée ce mois-ci (-3) n'est pas aussi spectaculaire que celle du mois dernier (-7), elle témoigne d'un lien qui continue de s'éroder entre le Premier ministre et les Français. Moins de la moitié des personnes interrogées déclarent avoir une bonne opinion du chef du gouvernement (45%), contre 54% qui en ont une mauvaise opinion.  

Philippe toujours plébiscité 

Les personnes qui ont une mauvaise opinion de Jean Castex déplorent notamment son effacement, quand d'autres regrettent explicitement Édouard Philippe, qui reste en tête du palmarès politique (45% des Français, +1, souhaitent que l'ancien Premier ministre ait de l'influence à l'avenir). 




Quant à Marine Le Pen, sa cote d'influence reste stable ce mois-ci  : 28% souhaitent qu'elle ait plus d'influence dans la vie politique. Si la présidente du RN gagne des points auprès des sympathisants de son parti, sa cote d'influence diminue auprès des sympathisants LR, signe que la séquence lui permet de consolider sa base électorale mais pas nécessairement de l'élargir. 

Le Pen bien partie pour la présidentielle 

Marine Le Pen dispose toute de même d'un certain potentiel électoral dans la perspective de la présidentielle : 16% des Français déclarent qu'ils seraient certains de voter pour elle, 26% pourraient l'envisager et 57% l'excluent.  




En définitive, Marine Le Pen capte l'attention d'un certain nombre de personnes qui pourraient envisager de voter pour elle, mais n'échappe pas au sentiment d'impuissance qui gagne les Français quand ils évaluent leurs leaders politiques dans le domaine du terrorisme. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.