Macron à Brégançon, Buzyn et Schiappa en Corse, Blanquer en Bretagne... Où le président et le gouvernement partent-ils en vacances ?

Macron à Brégançon, Buzyn et Schiappa en Corse, Blanquer en Bretagne... Où le président et le gouvernement partent-ils en vacances ?
Emmanuel et Brigitte Macron à Bormes-les-Mimosas (Var) durant leurs vacances, le 7 août 2018.

Orange avec AFP-Services, publié le samedi 27 juillet 2019 à 07h00

L'heure du repos a sonné pour le chef de l'État, le Premier ministre et l'ensemble des ministres, en vacances depuis samedi et pour trois semaines. Le gouvernement a reçu pour consigne de rester en Europe pour pouvoir regagner rapidement Paris en cas de besoin. 

Jeudi, Emmanuel Macron a pris ses quartiers d'été au fort de Brégançon (Var), la résidence estivale des présidents.

Accompagné de son épouse Brigitte, le chef de l'État a posé ses valises en toute discrétion, loin des caméras, dans la demeure fortifiée qui domine les eaux turquoise de la Méditerrannée à Bormes-les-Mimosas (Var), à mi-chemin entre Marseille et Nice.

Des "vacances studieuses" pour continuer à suivre l'actualité 

Il y passera "des vacances au calme et studieuses", notamment pour préparer le sommet du G7 qu'il accueillera à Biarritz du 24 au 26 août, a indiqué jeudi l'Élysée, qui n'a pas précisé la durée du séjour. Emmanuel Macron a entamé ses vacances au lendemain du dernier Conseil des ministres mercredi. 

Au fort de Brégançon, le chef de l'État va continuer à suivre les dossiers d'actualité nationale, notamment la canicule et la sécheresse, et internationale, en particulier les tensions entre l'Iran et les États-Unis. Il a prévu de s'entretenir avec le nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson. En août, il devrait assister aux cérémonies du 75e anniversaire du Débarquement en Provence le 15, avant le Conseil des ministres de rentrée le 21 et le sommet du G7.

Une piscine au fort de Brégançon

Perché sur un piton rocheux, le fort de Brégançon, devenue résidence officielle de la République en 1968, n'est accessible que par une étroite digue artificielle. Il est protégé des regards par de hauts murs et des massifs de bougainvilliers et de mimosas, que scrutent les paparazzis en prenant position sur la plage publique, en face de la presqu'île.




Depuis l'élection d'Emmanuel Macron, l'Élysée a repris la gestion directe du fort, qui "a vocation à la fois à accueillir le président pour des périodes de repos, des rencontres officielles et des petits sommets diplomatiques". Des travaux de rénovation y ont été menés, une piscine hors-sol y a été installée pour un coût déclaré de 34.000 euros, ce qui avait provoqué une polémique l'an dernier. Le chef de l'État s'y est rendu à deux reprises en 2018, en mai et en août, pour un coût total de 72.043 euros, selon la Cour des comptes. Il y a aussi effectué un court séjour fin mai pour le pont de l'Ascension.

Le gouvernement au repos avant "une rentrée chargée"

Soucieux de protéger sa vie privée, Emmanuel Macron s'y montre plus discret que certains de ses prédécesseurs, comme Jacques Chirac, adepte des bains de foule dans la petite ville de Bormes-les-Mimosas. Ses successeurs Nicolas Sarkozy et François Hollande ont peu séjourné au fort de Brégançon, que le public peut visiter lorsqu'il n'est pas occupé. Ces visites reprendront le 26 août, selon l'Office de tourisme.

Pour le gouvernement, les vacances ont débuté samedi, après le dernier Conseil des ministres. Emmanuel Macron "nous a appelés à prendre du repos en nous indiquant que face à une rentrée chargée, il fallait que nous ayons fait le plein d'énergie", a souligné la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye mercredi, à l'occasion du compte-rendu du Conseil des ministres.

Les ministres exposés "aux crises potentielles" doivent rester à proximité 

Les consignes données ont été de partir "pas trop loin" : les ministres ne vont "pas plus loin que l'Europe", a expliqué Sibeth Ndiaye, interrogée pour savoir si la règle d'un éloignement maximal de Paris de trois heures était toujours valable. 

"L'objectif est de faire en sorte que les ministres soient disponibles pour être de retour rapidement dans un délai raisonnable dans leur ministère en cas de crise nécessitant leur présence". "Des ministères sont plus exposés aux crises potentielles", a-t-elle précisé, notamment la Santé, les Affaires étrangères et l'Intérieur. Il est "rappelé aux ministres qu'ils doivent choisir une destination compatible avec leurs responsabilités ministérielles", précise de son côté Matignon.

Rentrée le 21 août 

Les vacances estivales ministérielles couvrent une période allant "du 27 juillet au matin au 18 août au soir", soit une semaine supplémentaire par rapport à l'été 2018. "C'est conjoncturel", a expliqué Sibeth Ndiaye, mentionnant le sommet du G7 à Biarritz, "qui conduit à avoir un départ (en vacances) qui est anticipé". Le Conseil des ministres de rentrée est prévu le mercredi 21 août.

En attendant, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire ira au festival de piano de la Roque-d'Anthéron (Bouches-du-Rhône), en Grèce et "dans sa maison familiale" à Saint-Pée-sur-Nivelle (Pyrénées-Atlantiques). 

Le Pays basque prisé 

Le Pays basque est une destination prisée par une partie du gouvernement. S'y rendront aussi le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume, le secrétaire d'État aux Affaires étrangères Jean-Baptiste Lemoyne et la ministre de la Cohésion des territoires Jacqueline Gourault, qui ira ensuite sur ses terres, en Loir-et-Cher. 

Agnès Buzyn, ministre de la Santé et des solidarités, prévoit en Corse des activités de "natation" et de "lecture", mais "jamais très loin de son téléphone" en cette période de canicule. La ministre de la Transition écologique Élisabeth Borne s'y rendra aussi, avant d'aller sur la Côte d'Azur - où elle croisera peut-être Sébastien Lecornu (Collectivités territoriales). 

La Méditerranée a aussi ses adeptes

Quant aux secrétaires d'État de ce ministère, Emmanuelle Wargon part en Haute-Savoie puis en Grèce, et Brune Poirson dans le Vaucluse, où elle avait été élue députée, puis en Espagne. "Été studieux en perspective", affirme son entourage.

Comme elle, Le ministre de la Culture Franck Riester va quitter la France. Selon BFMTV, il a prévu de passer ses vacances sur un bateau en mer Méditerranée. 

La ministre des Sports campera dans le Cotentin

La garde des Sceaux Nicole Belloubet ira aussi dans le Vaucluse, puis dans sa région de Toulouse, où l'un de ses fils se marie quand. Son collègue de l'Éducation Jean-Michel Blanquer "ira deux semaines en Bretagne en famille". La Bretagne est aussi au programme du secrétaire d'État à la Jeunesse, Gabriel Attal, qui, selon Le Parisien, part sur l'Île-aux-Moines, dans le golfe de Morbihan et a prévu de lire "Passions", le livre à succès de Nicolas Sarkozy. Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian ouvrira, lui, le Festival interceltique de Lorient, avant de partir en Espagne, le pays d'origine de son épouse, précise Le Parisien. 

La ministre des Sports Roxana Maracineanu se rendra en famille dans un camping, dans le Cotentin, "comme depuis quelques années". Exemptée de l'obligation de proximité, la ministre des Outre-mer Annick Girardin sera trois semaines à Saint-Pierre et Miquelon (3.400 km de Paris), petit territoire français de l'Atlantique Nord dont elle est originaire. 

Cédric O reste à Paris en attendant son deuxième enfant

Le secrétaire d'État au numérique Cédric O va "a priori" rester "tout le temps avec sa famille" à Paris, en raison de la naissance de son deuxième enfant prévue "au début du mois d'août". Vacances familiales aussi pour la secrétaire d'État à l'Économie Agnès Pannier-Runacher, qui se rendra en Italie et dans le Périgord, avec au programme "repos", "visites" et "lecture". Cette dernière destination a également été choisie par Marc Fesneau, chargé des Relations avec le Parlement. 

Selon les informations de BFMTV, la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, se rendra en Corse, comme en 2018. 

Philippe discret sur sa destination de vacances 

Les lieux de vacances du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et de son secrétaire d'État Laurent Nuñez n'ont pas été communiqués pour "des raisons de sécurité". Sollicités, d'autres ministères n'ont pas répondu. L'entourage du Premier ministre Édouard Philippe a indiqué, comme l'année dernière, que sa destination relevait de la vie privée. En 2018, il avait passé quelques jours en Italie, selon BFMTV. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.