"Ma participation ou non à un gouvernement n'a aucune importance", assure Manuel Valls

"Ma participation ou non à un gouvernement n'a aucune importance", assure Manuel Valls
Manuel Valls, le 30 septembre 2019 à Paris.

, publié le dimanche 26 avril 2020 à 12h21

Alors que certains spéculent sur un éventuel retour de Manuel Valls en politique française, ce dernier a estimé dimanche matin sur Europe 1 qu'il "serait indécent aujourd'hui de dire que ce serait un problème de casting", alors que la France subit de plein fouet la crise du coronavirus.

Après avoir quitté la politique française pour se lancer dans la course à la mairie de sa ville natale de Barcelone, sans succès, Manuel Valls compte-t-il revenir en France ? Depuis quelques mois, il ne manque pas de saluer l'action du gouvernement et d'Emmanuel Macron, auquel il s'était rallié avant le premier tour de la présidentielle de 2017. En mars dernier, l'ancien Premier ministre français assurait dans un entretien au Monde vouloir être "utile" au président. 




Alors que la France, comme le reste du monde, doit actuellement faire face à la pandémie de coronavirus, Emmanuel Macron cherche à réunir les conditions de l'union nationale pour sauver le pays.

Est-il prêt à l'aider ? "Oui bien sûr. Tous, d'une manière ou d'une autre, il faut aider à l'unité nationale. Nous avons besoin d'unité nationale", a-t-il estimé dimanche 26 avril sur Europe 1. "Je ne crois pas à un gouvernement avec tout le monde. L'unité nationale c'est un état d'esprit. Ce n'est pas un accord d'appareil, et encore moins un casting", a-t-il néanmoins précisé. 

"Il faut saisir cette opportunité terrible pour se réconcilier autour d'un projet commun de reconstruction", a expliqué l'ancien socialiste, et "dans ce moment historique, le président doit indiquer les chemins de la reconstruction pour l'unité", a-t-il poursuivi. "Je crois qu'il a l'audace et le courage, qui sont ses qualités, pour le faire", a-t-il estimé.




Participera-t-il à cette union en revenant au sein du gouvernement ? "Je n'en sais rien", a d'abord balayé Manuel Valls. "Ce serait indécent aujourd'hui de dire que ce serait un problème de casting", a poursuivi l'actuel conseiller municipal de Barcelone. "Ma participation ou non à un gouvernement n'a aucune importance. C'est un détail", a-t-il assuré.



Alors qu'avant son départ de France, les analystes politiques s'accordaient à dire que les relations entre l'ex-Premier ministre et son ancien ministre de l'Economie, devenu locataire de l'Elysée, étaient difficiles, Manuel Valls a assuré que leurs relations n'avaient "jamais été dégradées".

"Il faudra revenir sur ce qui s'est passé lors des dernières années"

Au cours de cet entretien, l'ancien chef du gouvernement est également revenu sur la pénurie de masques en France, attribuée à l'exécutif dirigé par François Hollande entre 2012 et 2017. "Il faudra revenir sur ce qui s'est passé lors des dernières années. Les choix qui ont été faits en 2011 et 2013 de décentraliser l'organisation des stocks de masques doivent être questionnés", a déclaré Manuel Valls. "Il faudra assumer toutes les responsabilités", avait-il déjà dit au début du mois. 

Il également estimé qu'il fallait une "réorganisation" du ministère de la Santé, s'inscrivant dans une "réorganisation plus générale de l'État pour que cet État soit davantage stratège, agile, déconcentré". 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.