Loi travail: Mélenchon a "perdu" une "bataille" mais "Macron a mangé son pain blanc"

Loi travail: Mélenchon a "perdu" une "bataille" mais "Macron a mangé son pain blanc"

Jean-Luc Mélenchon, président du groupe de La France insoumise, lors de ses voeux à la presse, le 19 janvier 2018 à Marseille

AFP, publié le dimanche 21 janvier 2018 à 09h34

Le président du groupe de La France insoumise à l'Assemblée nationale Jean-Luc Mélenchon affirme que s'il a "perdu" la "bataille" sur la loi travail face à Emmanuel Macron, le président de la République a désormais "mangé son pain blanc", dans un entretien au Journal du dimanche.

Interrogé sur le fait de savoir pourquoi il est moins audible ces derniers mois, l'ancien candidat à la présidentielle assure que, "depuis six mois, (il) chasse en meute au Parlement et dans la lutte". "Il est vrai que je limite mes interventions dans les médias. Mais pour le reste, on se donne à fond".

"Nous avons perdu la bataille des ordonnances", réaffirme-t-il, mais désormais, "il y a un devoir", selon lui, car Emmanuel Macron "a ouvert des appétits qui en demandent davantage".

"La droite est en extase: cet homme-là mène la politique dont elle a toujours rêvé sans jamais oser aller au bout. Mais il a mangé son pain blanc. Il va désormais sentir le poids des mots et le choc du réel: les mots utilisés pour mépriser les classes populaires; le réel car les gens sont en train de comprendre ce qu'il a fait voter", estime M. Mélenchon.

"Macron s'est d'abord affirmé comme le président des riches. Désormais, il fait la guerre aux pauvres ! Voyez: les revenus les plus faibles du pays vont perdre 60 euros tandis que les plus élevés vont en gagner 1.700... D'un côté, la suppression de l'impôt sur la fortune, de l'autre, l'augmentation de la CSG. École, hôpital: tout se disloque. C'est le gouvernement le plus féroce depuis longtemps", accuse encore le député des Bouches-du-Rhône.

Et, à ses yeux, ce n'est pas avec le Parti socialiste qu'il faudra compter face à Emmanuel Macron. "C'est inouï: après le désastre du quinquennat Hollande et l'effondrement aux dernières élections, ils commencent aussitôt une bataille haineuse sans le début du commencement d'une idée. Ils ne prennent acte ni de leur disqualification totale dans les milieux populaires, ni de notre existence comme première force de l'opposition populaire. Un déni complet", ironise-t-il.

"Entre Macron et nous, il n'y a que cette simagrée ridicule. Qui va revenir au réel parmi eux ?", ajoute M. Mélenchon.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
53 commentaires - Loi travail: Mélenchon a "perdu" une "bataille" mais "Macron a mangé son pain blanc"
  • Mélenchon que de la gueule rien dans le falzar , millionaire il prêche pour le peuple mon œil uniquement pour se maintenir a la flottaison et profiter des sous de l'état en tenue débraillé !

  • melenchon silence sur toute la ligne
    en hibernation

  • aprés coup le monde ouvrier ne lui pardonne pas de les avoir dupés en appelant à voter macron
    idem envers les syndicats

  • Le chien aboie, la caravane passe, Mélanchon a une grande gueule c'est tout, avec ses non non la loi travail ne passera jamais, elle est passée, maintenant c'est avec autre chose, et, ce sera pareil, beaucoup de fumée, mais que dalle.
    A part aboyer, il n'y a que du vent, et dire que ce type est payer avec notre argent pour cracher sa fumée.

    la loi travail est passée parce que le peuple n'est pas allé dans la rue , mélenchon malgré ces appels n'a rien pu faire , dommage !

  • Monsieur Mélenchon, vous êtes né en disant "non" à tout ! Et c'est vous qui dites que les autres sont des conservateurs. Vous, vous n'êtes pour aucune initiative positive, sauf à amplifier les acquis qui sont déjà énormes et qui mettent en difficulté concurrentielle notre pays. Chez nous, vous êtes néfaste ; vous tirez les gens vers le bas ! TRISTE et SANS ESPOIR pour notre pays, sauf à ce que la France devienne un pays qui ne vive à terme que du tourisme, c'est-à-dire de nos acquis naturels, qui sont immenses, il est vrai. Heureusement que nous avons des entrepreneurs pleins d'idées, aimant le risque, qui investissent leurs propres deniers et qui réussissent, pour créer des emplois, sinon nous serions tous des fonctionnaires et mariés à des migrants, puisque c'est là votre public !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]