Loi "sécurité globale" : l'article 24 sera totalement réécrit, annonce Christophe Castaner

Loi "sécurité globale" : l'article 24 sera totalement réécrit, annonce Christophe Castaner
Christophe Castaner, président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, et Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur.

, publié le lundi 30 novembre 2020 à 16h49

"Lorsqu'une telle incompréhension ne cesse de s'intensifier sur un sujet aussi fondamental, nous avons le devoir de nous interroger collectivement", a fait savoir Christophe Castaner, président du groupe LREM, en conférence de presse ce lundi 30 novembre.

L'article 24 tant décrié sera donc réécrit, "dès cet après-midi", une nouvelle version sera soumise au Parlement. C'est ce qu'a affirmé Christophe Castaner, le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, lors d'une conférence de presse ce lundi 30 novembre. Une annonce après la polémique, intensifiée après l'affaire Michel Zecler et un samedi de manifestations dans toute la France contre un texte conspué par la gauche, les journalistes et les défenseurs des libertés publiques.


"L'équilibre que nous avons recherché n'a pas été unanimement perçu. Dont acte", a justifié Christophe Castaner, tout en défendant l'article 24 qui "contient de réels progrès", a-t-il assuré. Pour rappel, cet article encadre strictement la diffusion d'images de policiers en intervention et cristallise les tensions.

"Nous savons que des doutes persistent encore" et "nous devons éteindre ces doutes" car "lorsqu'une telle incompréhension ne cesse de s'intensifier sur un sujet aussi fondamental, nous avons le devoir de nous interroger collectivement", a précisé le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale.

Une réunion ce lundi matin à l'Elysée

Le Premier ministre Jean Castex avait d'abord évoqué une réécriture de l'article 24 par une commission - sur une proposition du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin - ce qui avait suscité une bronca parlementaire.

Dans la matinée ce lundi, une réunion s'est tenue à l'Elysée, en présence de Christophe Castaner et ses collègues Patrick Mignola (MoDem) et Olivier Becht (Agir).

Le chef de l'Etat avait demandé la semaine passée qu'on lui fasse "rapidement des propositions pour réaffirmer le lien de confiance" entre police et population.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.