Loi sanitaire : "Tant mieux !", "hypocrisie totale", la classe politique réagit après la décision du Conseil constitutionnel

Loi sanitaire : "Tant mieux !", "hypocrisie totale", la classe politique réagit après la décision du Conseil constitutionnel©Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP

publié le jeudi 05 août 2021 à 18h39

La décision du Conseil constitutionnel ce jeudi 5 août "permettra le plein déploiement de la stratégie de lutte contre la Covid-19", selon le Premier ministre Jean Castex.

Le Conseil constitutionnel a rendu sa décision sur la loi sanitaire ce jeudi 5 août. Le pass sanitaire dans les cafés-restaurants et certains centres commerciaux et la vaccination obligatoire pour les soignants ont donc été validés.

En revanche, l'isolement des cas positifs au Covid-19 et les licenciements pour les CDD ont été censurés.



Dans un communiqué, le Premier ministre, Jean Castex, s'est félicité de cette décision. Cela "permettra le plein déploiement de la stratégie de lutte contre la Covid-19", a-t-il réagi.

Le chef du gouvernement a par ailleurs indiqué "prendre acte" de l'annulation par les juges constitutionnels de la disposition prévoyant une obligation d'isolement pour les personnes ayant fait l'objet d'un diagnostic positif, jugée disproportionnée.


"Les pouvoirs publics s'attacheront à rappeler à toutes les personnes atteintes de la Covid-19, y compris sous une forme asymptomatique, la nécessité de respecter scrupuleusement les recommandations médicales en matière d'isolement", a précisé le Premier ministre.

"Tant mieux !"

Pour Bruno Retailleau, le patron des sénateurs LR, "le conseil constitutionnel a rappelé que, comme l'avait souhaité le Sénat l'absence de pass sanitaire ne peut pas être une cause de licenciement. Il a donc confirmé l'intention du législateur face aux déclarations ministérielles ambigües. On ne peut que s'en féliciter."


"Le Conseil constitutionnel censure l'isolement obligatoire et le licenciement des salariés en CDD qui ne présenteraient pas de pass sanitaire. Des gardes fous nécessaires mais le pass sanitaire ne suffira pas à stopper l'épidémie. La vaccination obligatoire reste la meilleure solution", a noté Patrick Kanner, chefs des sénateurs socialistes.


"Le Conseil constitutionnel censure la disposition relative à la rupture anticipée du contrat de travail. Tant mieux ! Cela n'avait rien à faire dans un projet de loi relatif à la santé des Français-es", s'est réjoui Fabien Roussel, secrétaire national du PCF.


"Mise en place du passe sanitaire validée", a rappelé Aurore Bergé, présidente déléguée LREM, avant de citer : "le Conseil constitutionnel déduit que les dispositions contestées opèrent une conciliation équilibrée entre les exigences constitutionnelles précitées".

"Hypocrisie totale"

Le leader de LFI Jean-Luc Mélenchon a de son côté estimé que cette décision était "très décevante". "Il ne protège aucune des libertés menacées par le pass Sanitaire. Humour noir : un CDD ne peut être interrompu mais son salaire reste suspendu", a-t-il écrit.


La présidente du RN Marine Le Pen a quant à elle dénoncé une "Hypocrisie totale".


"Très prompt à censurer toute mesure de fermeté contre l'immigration légale et illégale, le Conseil constitutionnel ne trouve rien à redire à une loi qui entrave la liberté de circuler des Français, dans leur propre pays, sur la base de la vaccination", a-t-elle lancé sur Twitter.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.