ALERTE INFO
20:26 Euro : Karim Benzema rappelé en Equipe de France

Loi antiterroriste : "se donner tous les moyens" d'être efficace en respectant "les principes juridiques fondamentaux" français

Loi antiterroriste : "se donner tous les moyens" d'être efficace en respectant "les principes juridiques fondamentaux" français
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et le Premier ministre Jean Castex présentent le projet de loi antiterroriste, mercredi 28 avril 2021.

publié le mercredi 28 avril 2021 à 14h45

"La menace terroriste "évolue dans ses manifestations" et est le fait "d'individus isolés, de plus en plus jeunes, le plus souvent inconnus des services de renseignements", a souligné le Premier ministre ministre Jean Castex à l'issue d'un conseil des ministres où a été présenté le nouveau projet de loi contre le terrorisme. 

Présenté mercredi 28 avril en conseil des ministres, le nouveau projet de loi visant à lutter contre le terrorisme doit permettre de "donner à nos services plus de moyens pour être plus efficace" et faire face "aux nouvelles menaces moins faciles à détecter" tout en "respectant totalement nos principes juridiques fondamentaux par un encadrement strict des finalités et des procédures qui régissent les moyens mobilisés pour agir", a souligné le Premier ministre Jean Castex. 



Moins d'une semaine après l'attaque mortelle d'une fonctionnaire de police à Rambouillet, le chef du gouvernement a martelé que "la République entend continuer à se donner tous les moyens pour lutter pied à pied contre le terrorisme islamique". "La menace islamiste demeure très élevée. Elle évolue dans ses manifestations. L'attaque de Rambouillet, l'assassinat du professeur (Samuel Paty) ou encore l'odieux attentat de Nice en novembre ont été - sans préjudice des enquêtes judiciaires en cours - le fait d'individus isolés, de plus en plus jeunes, le plus souvent inconnus des services de renseignements, qui ont basculé dans le jus de radicalisation folle sans forcément avoir de liens avec des réseaux terroristes constitués", a fait valoir le Premier ministre.

"Face à cette menace plus difficile à repérer, l'État et la Justice doivent se doter de moyens renforcés pour détecter, suivre et agir, y compris par une veille accrue sur les réseaux sociaux", a-t-il ajouté, en affirmant que le projet de loi était "le fruit d'un travail commencé évidemment bien avant le crime de vendredi dernier".

"Si je devais résumer ce projet de loi, je dirais qu'il contient trois grands aspects : humain, technologique et éthique", a ajouté le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, qui a pris la parole à la suite de Jean Castex pour présenter certaines mesures du projet de loi, notamment la pérennisation des expérimentations sur les algorithmes pour détecter les terroristes potentiels. "Sur la technique, il s'agit de suivre les nouvelles technologies telles qu'elles sont désormais utilisées par les terroristes, qui utilisent de moins en moins les lignes normales et les SMS", a illustré le ministre en promettant "des garanties extrêmement renforcées dans ce projet de loi" pour éviter les abus.

Le Premier ministre a par ailleurs défendu le bilan de l'exécutif en matière de lutte contre le terrorisme. "Les moyens de nos services de renseignement ont été renforcés comme jamais (...) Depuis 2017, 36 attentats ont été déjoués, encore récemment à Béziers", a souligné Jean Castex. 

Interrogé sur les liens entre terrorisme et immigration, le chef du gouvernement a appelé à "ne pas confondre lutte contre le terrorisme et politique migratoire".

"Nous sommes parfaitement lucides. C'est tout à fait exact, certains auteurs de faits terroristes étaient arrivés depuis peu sur notre territoire, parfois en situation irrégulière. Ce qui me conduit à vous dire que nous luttons contre l'immigration irrégulière avec une détermination totale", a souligné Jean Castex. 

"Mais le sujet qui est le nôtre aujourd'hui, c'est comment nous améliorons notre politique de lutte contre le terrorisme. Il ne faut pas confondre avec la politique contre le terrorisme et la politique migratoire. (...) Confondre les deux politiques atténueraient l'une et l'autre", a expliqué le Premier ministre. "Nous devons à la fois lutter contre l'immigration irrégulière et lutter contre le terrorisme", a-t-il ajouté. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.