Loi antiterroriste : les 8 points principaux

Loi antiterroriste : les 8 points principaux

Gérard Collomb, Emmanuel Macron et Christophe Castaner, lundi 30 octobre à l'Élysée pour la signature de la loi antiterroriste.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le lundi 30 octobre 2017 à 17h00

ÉCLAIRAGE. Liberticide pour la gauche, pas assez dur pour la droite : le texte porté par le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb entre en vigueur dès mardi.

Il a été signé par Emmanuel Macron lundi 30 octobre. Cette réforme, qui prend le relais de l'état d'urgence, en inscrit certaines mesures dans le droit commun de façon permanente.





L'état d'urgence, qui sera levé mercredi, est un régime d'exception en vigueur depuis les attaques de novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, soit un record de quasiment deux ans. Il a été créé en 1955, durant la guerre d'Algérie.

Depuis novembre 2015, le Parlement a prolongé l'état d'urgence à six reprises, notamment au printemps 2016 pour sécuriser le Tour de France et l'Euro-2016. La prolongation suivante est intervenue après l'attentat de Nice (86 morts). Puis le président Hollande a demandé sa prorogation afin de couvrir les élections présidentielle et législatives. Depuis l'élection d'Emmanuel Macron, le Parlement l'a reconduit le 6 juillet, le temps de préparer la nouvelle loi.

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a indiqué lundi que 41 personnes restaient assignées à résidence. Depuis près de deux ans, 625 armes ont été saisies dont 78 armes de guerre, tandis que des attaques importantes ont été déjouées, dont une contre un meeting pendant la campagne présidentielle, relève le ministre. Onze lieux de culte ont en outre été fermés.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
61 commentaires - Loi antiterroriste : les 8 points principaux
  • - point 1: périmètre de sécurité autour de manifestations, ça existe déjà et c'est bien la moindre des mesures de sécurité à prendre. Pourquoi employer le conditionnel de pouvoir au lieu du futur de devoir?
    - point 2: fermeture des lieux de culte... pour 6 mois. On considère qu'au bout de ce délai les islamistes ont changé d'avis?
    - point 3: Assignation... sur la surface de la commune de résidence. C'est totalement incontrôlable.
    - point 4: Perquisitions: ou est le changement?
    - point 5: Écoutes: même question
    - point 6: Lutte contre la radicalisation: une mesurette pour rassurer les citoyens mais quand l’enquête administrative sera déclenchée il sera très probablement trop tard.
    - point 7: données des voyageurs: c'est une transposition d'une directive européenne existante.
    - point 8: contrôles frontaliers autorisés pendant 12 heures au lieu de 6. Qui ou quoi donne le top départ? l'attentat?

    Bien ! c'est votre constat.
    Mais que proposez vous pour faire avancer les choses notamment en cas d'urgence pour être plus réactif?
    C'est bien de faire un bilan mais il faut que ça serve à quelque chose.Vos propositions ?

  • GERO62, j'ai commenté : sur la photo Macron me semble un peu " haut " par rapport aux deux autres, combien a-t-il de coussins sur sa chaise ???
    Vous répondez par : croyez-vous que ce soit important par rapport aux enjeux .... tristesse.
    Je constate que vous avez un sens de l'humour " délirant " !!! Tristesse. Parfois il faut savoir " rigoler " dans ce monde agressif ...................!!!

  • Supprimez donc toutes ces libertés et qu'on se sente enfin protégés de ceux qui en abusent.

  • Le clown et ses deux apôtres,pauvre France!!!!!

  • 4 heures pour effectuer une perquisition on voit bien que ceux qui ont pondu cette loi ne savent pas ce que c'est ou alors il faudra du monde.