Levallois-Perret : des tensions pour le premier conseil municipal dirigé par Isabelle Balkany

Levallois-Perret : des tensions pour le premier conseil municipal dirigé par Isabelle Balkany
Isabelle Balkany, le 14 septembre 2019 à Levallois-Perret.

Orange avec AFP-Services, publié le mardi 24 septembre 2019 à 09h43

Isabelle Balkany remplace son mari Patrick Balkany, incarcéré depuis le 13 septembre pour fraude fiscale, à la tête de la ville de Levallois-Perret.

"Le maire m'a chargé de vous transmettre son amitié et son affection à toutes et tous". Première adjointe à la mairie de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), Isabelle Balkany a dirigé lundi 23 septembre son premier conseil municipal, en l'absence de son époux Patrick, incarcéré depuis le 13 septembre à l'issue de sa condamnation pour fraude fiscale, dont elle a transmis le message.

Elle-même condamnée à trois ans ferme sans mandat de dépôt en raison de son état de santé, elle assure l'intérim de la mairie jusqu'au 22 mars prochain. 

L'ambiance était électrique lundi. Entrée dans la salle du conseil sous les applaudissements d'un public nombreux, Isabelle Balkany a profité de la présence massive de médias pour faire de longues digressions sur son action et celle de son mari à la tête de la ville. L'élue est notamment revenue sur la dette de Levallois, souvent présentée comme la "ville la plus endettée de France", contestant formellement cette réputation. "Contrairement à l'État, une collectivité ne peut pas emprunter, ne peut pas faire de dettes pour les dépenses courantes", a rappelé Mme Balkany, soulignant que cette dette provenait uniquement des investissements réalisés par la ville.

"Mme le maire suppléant"

Elle a également déploré les prélèvements sur le budget de Levallois au nom de la solidarité avec les communes plus pauvres de la région. "Je suis persuadée que les Levalloisiens sont ravis qu'on ponctionne 22 millions d'euros sur le budget de la ville pour les villes de Seine-Saint-Denis comme Bobigny, etc. Moi, j'appelle ça un hold-up", a-t-elle ironisé. Une sortie contestée par l'élue d'opposition PS Anne-Eugénie Faure qui, en s'adressant à Mme Balkany comme "Mme le maire suppléant", a essuyé une salve de réprobation du public. "Mme Faure a toujours eu un humour débridé", a répondu l'édile.

Le conseil a également enregistré l'inscription d'un nouveau groupe d'opposition baptisé "La République ensemble", constitué de quatre élus La République en marche et Agir. "Je suis frappée du fait que vous représentiez tous les quatre vraiment un nouveau monde, un changement extraordinaire, une créativité merveilleuse pour Levallois", a ironisé Mme Balkany, qualifiant le groupe de quatre hommes de "totalement viril".

Le reste du conseil municipal a été consacré à de nombreuses questions d'ordre local, au premier rang desquelles la réhabilitation de la halle du marché qui a brûlé cet été. Avant de clore la séance, Isabelle Balkany a salué les supporters des Balkany qui ont donné de la voix pendant les débats. "J'ai senti vos vibrations d'amitié et d'affection, et comme j'avais un trac épouvantable, ça m'a bien aidée", a-t-elle remercié.




À la sortie du conseil municipal, plusieurs habitants ont salué sa prestation "Elle a mené avec brio et avec charisme le débat", a ainsi affirmé au micro de Franceinfo une femme.

Certains dans l'opposition ont ironisé sur son état de santé, qui lui a évité la prison, contrairement à son mari. "Je vois que, manifestement, ça va beaucoup mieux et tant mieux pour elle. J'espère que cette attitude ne vas pas conduire les juges demain à avoir un autre jugement à son égard", a souligné Arnaud de Courson.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.