«Les rase-mottes comme nous, Macron, il en a rien à cirer»

«Les rase-mottes comme nous, Macron, il en a rien à cirer»

Les clients du bar restaurant du Centre, à Entraygues-sur-Truyère, déjeunent pendant l'interview d'Emmanuel Macron diffusée le 12 avril sur Tf1. Alexandre (à gauche), patron d'une entreprise de maçonnerie, a préféré ...

A lire aussi

Libération, publié le jeudi 12 avril 2018 à 16h18

A 13 heures, quand le visage de Jean-Pierre Pernaut apparaît suivi par celui d'Emmanuel Macron, seuls quelques sourcils se lèvent. Artisans, ouvriers, salariés, petits patrons, la plupart des clients attablés dans cette salle ne prêtent guère attention à l'exercice médiatique qui se déroule à portée de regard.

Certes, il faudrait un peu monter le niveau sonore de la télé pour mieux entendre le Président. Mais personne ne le demande. Ils préfèrent finir leur repas et leur quart de rouge en causant entre collègues. D'ici à vingt minutes, une demi-heure maximum, tous auront regagné leurs chantiers respectifs. Pas le temps de traîner, ni de tergiverser. Commentaire laconique d'un de ces travailleurs : «Désolé, je dois y aller, faut payer la CSG.» Un autre enchaîne :…

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.