Les politiques peuvent exiger des médias "loyauté" dans leur travail ou impartialité, selon Marine Le Pen

Les politiques peuvent exiger des médias "loyauté" dans leur travail ou impartialité, selon Marine Le Pen
La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen à l'Assemblée nationale à Paris le 1er avril 2021

, publié le mercredi 07 avril 2021 à 16h53

Les responsables politiques peuvent avoir "des exigences" à l'égard des médias comme la "loyauté" dans leur travail ou l'impartialité, a estimé mercredi Marine Le Pen, qui souhaite avoir avec la presse des relations "les plus professionnelles possibles".

"Je n'ai pas de raisons d'avoir de mauvaises relations avec la presse", "je souhaite que les relations avec la presse soient les plus professionnelles possibles", a déclaré la candidate à l'Elysée lors d'une conférence de presse organisée par l'Association des journalistes parlementaires (AJP).

"Les journalistes ont un certain nombre d'exigences à l'égard des responsables politiques. Il est assez naturel que les responsables politiques puissent avoir également quelques exigences à l'égard de la presse. Exigences de loyauté dans le travail qu'ils effectuent, dans la recherche des faits, dans leur exposition, dans l'absence de partialité", a-t-elle poursuivi.

La présidente du Rassemblement national a aussi déploré un "déséquilibre dans l'exposition des idées" dans les médias. "Il faut avoir vécu dans une grotte depuis 20 ans pour avoir le sentiment qu'il n'y a pas un déséquilibre dans l'exposition des idées dans l'ensemble de l'espace médiatique", a-t-elle affirmé.

La dirigeante d'extrême droite a concédé qu'après avoir "été traités comme un diable, ça s'est arrangé" pour les représentants du RN mais que ce n'était "pas encore optimal, compte tenu du poids que représentent nos idées dans l'opinion publique".

Dans un entretien au numéro d'avril du mensuel L'Incorrect, proche de sa nièce Marion Maréchal, Marine Le Pen estime que la chaîne d'information en continu CNews, récemment mise à l'amende pour "incitation à la haine" et à la "violence", participe à "recréer les conditions du débat" politique avant la présidentielle de 2022.

Les relations entre le FN (devenu RN) et la presse sont parfois houleuses. En septembre 2019, le RN avait temporairement retiré l'accréditation à un journaliste de Libération pour couvrir son université d'été à Fréjus (Var), après la diffusion par le quotidien d'un portrait du maire RN de la ville.

Les journalistes de Mediapart et de l'émission Quotidien ne sont plus accrédités aux réunions ou conférences de presse du parti depuis 2012.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.