Les pires réactions à l'affaire Denis Baupin

Les pires réactions à l'affaire Denis Baupin

, publié le mardi 10 mai 2016 à 17h24

L'un préfère "ne pas commenter les histoires de bonnes femmes". L'autre profite de la question pour dresser un parallèle avec l'affaire Bygmalion.

Un dernier accuse les journalistes - et surtout pas son parti - d'omerta. Interrogés sur l'affaire Denis Baupin, plusieurs élus de droite se sont illustrés pour leurs réactions peu empathiques à l'égard des femmes qui seraient victimes de harcèlement sexuel, voire peu critiques à l'égard de ceux qui les commettent. En voici trois qui se passent de commentaires. "Je ne peux pas vous donner de réactions, ne connaissant absolument rien à cette affaire. Et j'ai appris il y a deux ans, à l'occasion d'une affaire dans laquelle à l'époque j'avais été mis en cause avec une violence extrême, pour comprendre que sur ces sujets, on ne peut pas réagir à chaud. Évidemment que le harcèlement sexuel est quelque chose de hautement condamnable, contre lequel il faut combattre, et toutes les campagnes qui sont faites dans ce domaine doivent être développées, amplifiées. Ceux qui commettent ces actes, une fois que c'est avéré, doivent naturellement être sanctionnés. La loi le prévoit. Ensuite, comprenez que je ne peux pas dire autre chose", a déclaré Jean-François Copé sur iTELE.



Pierre, Lellouche, Jean-François Copé, Christian Jacob, depuis lundi, les réactions de personnalités politiques affluent sur l'affaire Baupin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.