"Les migrants, c'est comme les éoliennes", lance Marine Le Pen

"Les migrants, c'est comme les éoliennes", lance Marine Le Pen
Marine Le Pen à Boulogne-Billancourt, le 10 avril 2019.

Orange avec AFP-Services, publié le dimanche 14 avril 2019 à 16h18

La présidente du RN s'est dite "parfaitement opposée" à la relocalisation imposée des migrants dans des pays qui ne veulent pas les accueillir.

"Les migrants, c'est comme les éoliennes. Tout le monde est d'accord pour qu'il y en ait, mais personne ne veut que ce soit à côté de chez lui." Marine Le Pen a glissé cette petite phrase dimanche 14 avril lors du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI.

Mais elle n'est pas à l'origine de la saillie, comme l'a repéré franceinfo.

"Je considère avec Matteo Salvini qu'il faut arrêter l'immigration", a déclaré la présidente du RN, qui s'est également déclarée "parfaitement opposée (...) à la relocalisation forcée des migrants dans des pays qui ne souhaitent pas les accueillir. Nous devons maîtriser nos frontières."



Elle s'est appuyée sur la politique migratoire appliquée par le vice-président du Conseil des ministres italien. "Depuis qu'il n'accepte plus le nombre de migrants en Italie, le nombre de débarquements a chuté de manière spectaculaire (...) Il a réussi à obtenir quelque chose qui devrait réjouir tous les humanistes : la baisse du nombre de morts en Méditerranée au large de l'Italie."


"Les migrants, c'est comme les éoliennes. tout le monde est d'accord pour qu'il y en ait, mais personne ne veut que ce soit à côté de chez lui", a encore glissé Marine Le Pen. Une comparaison dont elle n'a pas à l'origine, a relevé franceinfo. En effet, la saillie a été publiée lundi sur le compte Twitter de Damien Rieu, l'ancien porte-parole du groupe d'extrême-droite Génération identitaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.