Les Macron envisagent d'installer une piscine à Brégançon

Les Macron envisagent d'installer une piscine à Brégançon
Le fort de Brégançon, à Bormes-les-Mimosas (Var).
A lire aussi

leparisien.fr, publié le mercredi 20 juin 2018 à 21h58

Le couple présidentiel souhaiteraient pouvoir se baigner en toute discrétion.

Après y avoir séjourné trois nuits en mai, Emmanuel et Brigitte Macron prévoient de passer leurs vacances d'été au fort de Brégançon (Var). Mais pas question de rester au sec entre les murs froids du bâtiment. Le couple présidentiel projette d'y installer une piscine, révèle L'Express mercredi.

L'Elysée, qui confirme l'information auprès de l'hebdomadaire, précise que ce projet doit respecter des contraintes urbanistiques strictes, la résidence de vacances des présidents étant classée monument historique : « Ce sera probablement une piscine hors-sol, car il est impossible de creuser un bassin. Si la construction est décidée, la réalisation pourrait être rapide, pour les vacances de cette année, dans la mesure où une piscine hors-sol est plus facile à installer. »

Le coût serait évidemment inférieur à celui d'une piscine en dur. « Nous ne connaissons pas le coût à ce stade, mais il faut qu'il soit raisonnable », poursuit l'Elysée.

Echapper aux paparazzis

Dans son livre « Le fort de Brégançon, histoires, secrets et coulisses des vacances présidentielles » (Editions de l'Observatoire), le journaliste Guillaume Daret expliquait que le président de la République avait fait réaliser d'autres travaux après sa première visite de l'été 2017 : des pièces du fort ont été « rafraîchies » et des « travaux d'entretien effectués ».

L'auteur racontait que l'Elysée « envisage(ait) très sérieusement d'installer une piscine hors-sol dans les jardins » dès le printemps 2018. La plage privée exposée aux vacanciers de Bormes-les-Mimosas et aux photographes plaide pour cette construction, affirmait-t-il : « L'absence d'un tel équipement a longtemps été le gros point noir du fort, obligeant les occupants à s'exposer aux paparazzis s'ils souhaitaient se baigner. »

L'Elysée confirme à L'Express que cet argument a convaincu le chef de l'Etat : « Au-delà de 300 mètres du rivage, n'importe qui peut poser un bateau et viser le président au téléobjectif. Il est donc d'accord pour que l'on étudie la faisabilité d'une piscine. »

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU