Les homos ne sont toujours pas sereins main dans la main, et ça les gêne

Les homos ne sont toujours pas sereins main dans la main, et ça les gêne
Amber Weiss et Sharon Papo se donnent la main lors de leur mariage à la mairie de San Francisco le 17 juin 2008, en Californie. (image d'illustration)

Libération, publié le jeudi 17 mai 2018 à 17h21

S'enlacer, se tenir par la main, échanger un baiser... Voilà des gestes d'affection ou d'amour bien ordinaires. C'est ce couple hétéro qui s'attrape par le bout des doigts dans un couloir du métro ou cette jeune fille qui embrasse tendrement ce jeune garçon sur la pelouse d'un parc, une après-midi de mai. C'est peut-être vous, un voisin, une amie ou quelqu'un d'autre. Ça n'a pas vraiment d'importance : eux, qui se tiennent main dans la main, se fichent que «les gens se moquent car ça les gêne», car ils ont l'assentiment tacite de la majorité. Ce n'est malheureusement pas le cas de tous les amoureux : en regardant les passants dans la rue depuis la terrasse d'un café, combien avez-vous compté, ce jeudi (1) à 14h30, de garçons se promenant la paume serrée dans celle de

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.