Les emplois familiaux au Parlement, c'est terminé

Les emplois familiaux au Parlement, c'est terminé

L'Assemblée nationale le 12 décembre 2017.

Orange avec AFP, publié le vendredi 15 décembre 2017 à 17h00

POLITIQUE. Les députés et sénateurs avaient jusqu'à vendredi 15 décembre pour se plier à la loi "pour la confiance dans la vie politique", promulguée le 15 septembre dernier.



C'était une promesse du candidat Macron, dans le sillage du "PenelopeGate" de François Fillon : interdire aux ministres, députés et sénateurs d'employer les membres de leur famille, conjoint, concubins, enfants, ou parents, comme collaborateurs parlementaires. La mesure figure dans la loi "pour la confiance dans la vie politique" promulguée le 15 septembre.

Les personnalités politiques concernées avaient jusqu'à vendredi 15 décembre pour se mettre en conformité avec la loi et engager des procédures de licenciement. Ceux qui n'auraient pas respecté cette date-butoir s'exposent à une peine de trois ans de prison et 45.000 euros d'amende.

De nombreux élus ont pris les devants, comme le député de l'Essonne Nicolas Dupont-Aignan ou l'élu des Hauts-de-Seine La République en Marche (LREM) Thierry Solère qui ont licencié leurs compagnes en novembre. Pour autant, le président de Debout la France, qui travaillait depuis des années avec son épouse, n'a toujours pas digéré. "Cette loi est absurde", a-t-il fulminé auprès de LCI. "C'est détestable parce que des gens honnêtes payent pour des gens malhonnêtes. On a confondu emplois familiaux et emplois fictifs. Tout le monde savait que ma femme travaillait réellement, parfois jusqu'à 4 heures du matin. Elle est avocate d'affaires de formation, elle va passer à autre chose. Mais ce qui la met hors d'elle, c'est d'avoir été salie alors qu'elle n'a jamais démérité", a insisté l'ancien candidat à la présidentielle, qui a fini par embaucher deux collaborateurs pour la remplacer.

VERS DES "DIZAINES DE DIVORCES"?

Certains ont décidé d'attendre le dernier moment pour régulariser leur situation, comme le député UDI de Seine-et-Marne Yves Jégo, rapporte LCI. L'élu Les Républicains de Paris Claude Goasguen ou encore le socialiste de Charente Jérôme Lambert, n'avaient pas répondu aux sollicitations de la chaîne d'information.

D'autres ont décidé de biaiser le système. Les députés LREM Christophe Arend (Moselle) et Bertrand Sorre (Manche) ont embauché les enfants d'autres députés du parti. Une pratique légale mais encadrée : les élus ont l'obligation de déclarer à l'Assemblée la nature de leurs relations avec leurs attachés parlementaires. De son côté, le député LREM François-Michel Lambert, qui avait farouchement défendu l'emploi de son épouse, a refusé de se plier à de telles manœuvres : "Une députée LREM m'a conseillé de la fermer et de faire embaucher mon épouse par un autre député, mais il n'en était pas question". Pour lui, l'embauche du conjoint permet d'assurer "un équilibre financier et psychologique" entre la charge de travail liée au mandat et la vie familiale. Il prédit des "dizaines de divorces" au Palais Bourbon avec la mise en place de cette mesure.

La mise en œuvre de l'interdiction des emplois familiaux ne vise par ailleurs pas tous les membres de la famille. Un parlementaire peut tout à fait embaucher son frère, un ex-conjoint, un beau-frère ou encore un neveu.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
212 commentaires - Les emplois familiaux au Parlement, c'est terminé
  • Alors tout va bien...
    Quelle crédulité !

  • Encore du cinéma, ils se feront emboucher par les copains et le résultat sera le même, ils font les lois pour eux ces crevures

  • bien drôle cette histoire ! rien ni personne n'empêchera les embauches "croisées" ta fille contre mon neveu etc les combinaisons sont multiples , Pourquoi pas un concours national à candidature pour pourvoir les postes avec choix des candidats sélectionnés fonction de leur résultat au concours.

  • Ils vont embaucher , les enfants,ou autres de leurs collège, et le tour de passe, passe est joué .Il faut leurs supprimer toutes ces indemnités, NON FISCALISEES, députés et sénateurs DROITE/GAUCHE. . Tous se sont enrichis depuis 40 ans ces voleurs du peuple .

  • Cela me fait penser aux jetons de présence dans les conseils d'administration des grandes entreprises: tu fais partie de mon conseil et moi du tien..........

    Prenez des notes car les contournements légaux de cette loi vont bientôt avoir lieu.