Les élections régionales de nouveau reportées ?

Les élections régionales de nouveau reportées ?
Deuxième tour des élections municipales, le 28 juin 2020, à Marseille.

, publié le dimanche 17 janvier 2021 à 09h57

Chargé par le gouvernement d'arbitrer le report des élections régionales, Jean-Louis Debré s'inquiète de l'attitude de certains élus de la majorité de remettre en cause en cause le consensus sur la tenue des élections au mois de juin". 

Quand auront lieu les élections régionales ? Le Sénat se penchera à la fin du mois sur le projet de loi qui prévoit le report des élections de mars à juin à cause de la crise du Covid-19, comme l'avait proposé Jean-Louis Debré dans son rapport remis au gouvernement à la mi-novembre. Mais alors que la situation sanitaire ne s'améliore pas, l'ancien président du Conseil constitutionnel craint un nouveau report.



L'Elysée et Matignon assurent dimanche 17 janvier au Parisien s'en tenir à l'échéance de juin.

Néanmoins, l'entourage du Premier ministre estime auprès du quotidien il est impossible de garantir aujourd'hui que "les conditions seront réunies". "On n'exclut pas que ce soit reporté une deuxième fois, on l'a toujours dit", explique cette source. 

Gare à "la pandémie politique"

"Je crains que si jamais (...) la décision de reporter à après les présidentielles les élections départementales et régionales était prise, vous ne puissiez pas endiguer une autre pandémie qui est la pandémie politique", a prévenu mercredi 13 janvier devant le Sénat Jean-Louis Debré, estimant "qu'on ne reporte pas indéfiniment l'expression démocratique". 

"Montrons que la démocratie est forte", a-t-il affirmé devant la Commission des lois du Sénat, reconnaissant avoir fait face à des "arrière-pensées" lorsqu'il a entamé ses consultations à la demande du gouvernement. "Ceux qui étaient à l'origine de cette réflexion avaient un souhait que j'ai deviné qui était de reporter ces élections départementales et régionales à plus tard, beaucoup plus tard et après les élections présidentielles", a-t-il dit, sans préciser à qui il faisait référence.

"Mon inquiétude, c'est de constater que certains élus de la majorité ou d'ailleurs sont tentés de remettre en cause le consensus sur la tenue des élections au mois de juin. Et reviennent à leur souhait de départ : reporter les élections régionales et départementales après la présidentielle. Mais on ne confine pas la démocratie!", insiste-t-il dans les colonnes du Parisien dimanche 17 janvier. "Est-ce que tout est mis en œuvre pour que ces élections aient lieu? Je suis perplexe", s'interroge également le sénateur PS et candidats aux élections régionales dans les Hauts-de-France Patrick Kanner. 

Face aux attaques inquiétudes de Jean-Louis Debré, le délégué général de La République en marche Stanislas assure au Parisien que "juin semble pertinent". 

Comment ?

Outre la question du "quand?", se pose également la question du "comment ?". Les députés MoDem vont un amendement pour instaurer le vote par correspondance. "C'est de nature à éviter un report et à lutter contre l'abstention", plaide le député Jean-Noël Barrot. Une option à laquelle s'oppose le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Jean-Louis Debré s'est de son côté dit favorable à la double procuration, à l'instar de la présidente de la région Occitanie, Carole Delga.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.