Les claques d'Emmanuel Macron à François Hollande

Les claques d'Emmanuel Macron à François Hollande©Capture TF1
A lire aussi

L'Opinion, publié le lundi 16 octobre 2017 à 12h49

Dimanche soir, lors de son premier entretien télévisé depuis l'Elysée, Emmanuel Macron a glissé des tacles à François Hollande. Style, ISF, chômage... Emmanuel Macron a adressé quelques piques à François Hollande prenant le soin de le nommer "mon prédécesseur".



Le président de la République n'a pas hésité à bien souligner ses différences."Il y a cinq ans, mon prédécesseur, a augmenté massivement l'ISF et il a créé une taxe à 75% pour celles et ceux qui gagnaient plus d'un million. Est-ce que ça a rapporté beaucoup beaucoup d'argent ? Non. Pourquoi ? Ceux qui réussissaient sont partis" a-t-il notamment indiqué pour marquer l'échec de Hollande dans ce domaine.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
204 commentaires - Les claques d'Emmanuel Macron à François Hollande
  • Des claques c’est pas la bonne qualification, disons plutôt des piques dans le dos de son mentor, de celui qui l’ a sorti de sa poussette débordante d’ambitions personnelles en pensant s’en faire une marionnette. Manque de chance la trahison est passée par la, les ambitions étaient plus fortes que prévues.

  • Pour donner des claques à quelqu'un, il faut être à sa hauteur, et notre actuel président va devoir énormément travailler s'il veut être à la hauteur du président Hollande

    Je suppose que vous plaisantez, mais ça fait du bien de rire un peu

    Enfin un humoriste.

  • Mieux vaut donc s'en prendre aux moins riches, dont le retraités qui seront taxés de la CSG même s'ils s'expatrient!
    Non! Il n'y a qu'une voie possible : que l'État fasse des économies, des vraies, pas des tours de passe-passe tels que les transferts de charge..
    Macron ne voit une sortie de crise que par le haut pensant naïvement tel Hollande qu'une reprise économique augmenterait le diviseur des dépenses, les faisant diminuer en pourcentage...
    C'est mettre la charrue avant les bœufs. Ainsi attelé, ça n'a jamais labouré et ça ne labourera jamais! Sauf pour les énarques. À leur yeux, l'obligation de moyens est remplie, une charrue et des bœufs sont là. Mais l'obligation de résultat, ils n'en ont jamais entendu parler

  • c'est exactement cela.on n'est pas contre ceux qui ont de l'argent mais contre ceux qui ont gagné de l'argent malhonnétement!!!!!!

  • bonnet blanc et blanc bonnet, ils ne valent pas mieux l'un que l'autre, alors !!!!!le premier pour les sans dents, le second contre les pauvres ouvriers de gm&s, honteux !!!! etc, etc

    avatar
    Orphee  (privé) -

    Vous faites partie des éternels mécontents... il y a des gens comme ça !