Les 3 moments où Hollande a taclé Sarkozy

Les 3 moments où Hollande a taclé Sarkozy

L'Obs, publié le jeudi 08 septembre 2016 à 15h23

Ce jeudi 8 septembre au matin, devant la fondation Jean-Jaurès et le think tank Terra Nova, François Hollande a officiellement prononcé un discours sur le terrorisme. Mais c'est un discours de candidat à la présidentielle de 2017 que l'on a entendu.

Répondant pied à pied aux positions défendues par Nicolas Sarkozy, le président en fin de mandat a défendu l'action gouvernementale et développé sa vision de l'État de droit et de la laïcité dans un contexte de menace terroriste exacerbée. Offensif, François Hollande a raillé les responsables de la droite qui "pensent que le pouvoir est là, à portée de main" et "que l'élection [présidentielle], c'est la primaire" organisée par Les Républicains (20-27 novembre)."L'État social [...] lui-même est menacé. Et d'ailleurs souvent par ceux qui veulent mettre en cause l'État de droit", a déclaré le chef de l'État. Pour François Hollande, les responsables de la droite "pensent que le pouvoir est là, à portée de main. Ils y sont, ils s'y installent, ils s'organisent, ils pensent que l'élection, c'est la primaire, et que le reste n'a plus d'importance, que les Français viendront signer au bas de la page".



"Eh bien, je veux le dire, au nom du suffrage universel dont je suis finalement, encore jusqu'au mois de mai, le seul qui en ait eu l'onction, je veux leur dire que dans une démocratie il y a l'élection. Ah ce n'est pas facile, l'élection. Il faut la mériter, il faut s'y préparer, et il faut respecter les citoyens", a-t-il poursuivi. Il tacle dans la même phrase à la fois Nicolas Sarkozy et Alain Juppé : "Notre identité n'est ni heureuse ni malheureuse." D'après le chef de l'État, la France est davantage une "idée" qu'une "identité".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.