Législatives : Manuel Valls aurait abandonné la politique en cas de défaite

Législatives : Manuel Valls aurait abandonné la politique en cas de défaite
L'élection de Manuel Valls est toujours contestée par son adversaire de la France insoumise, Fadela Amrani.

Orange avec AFP, publié le mardi 04 juillet 2017 à 12h00

L'ancien Premier ministre Manuel Valls a déclaré mardi 4 juillet sur BFMTV qu'il aurait arrêté la politique s'il n'avait pas été élu député dans l'Essonne, lors des élections législatives des 11 et 18 juin.

"J'aurais abandonné une manière de faire de la politique, incontestablement, une vie d'élu", en cas de défaite aux législatives, a assuré Manuel Valls. "Je n'aurais pas eu le choix, j'aurais dû faire autre chose, avec mon expérience, j'imagine.

Mais d'une certaine manière, je ne voulais pas quitter la vie politique sur une défaite, je ne voulais pas laisser cette circonscription dans les mains de gens que je considère dangereux pour la démocratie et pour la République." Son adversaire dans la 1re circonscription de l'Essonne, la candidate La France insoumise (LFI) Fadela Amrani, refuse de reconnaître sa défaite et a déposé un recours devant le Conseil constitutionnel.


"Il ne faut jamais avoir peur du suffrage universel, a encore dit Manuel Valls. Cette élection législative, dans la 1re circonscription de l'Essonne, était une belle épreuve. C'était pour moi, d'ailleurs, une façon de me remettre en cause. On l'emporte ou on est battu, il n'y a jamais d'injustice. On peut le ressentir comme cela, mais il faut respecter le choix des électeurs."

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
62 commentaires - Législatives : Manuel Valls aurait abandonné la politique en cas de défaite
  • Dommage u'il n'ait pas été battu, faut espérer que le conseil constitutionnel accepte l'invalidation de son élection. Il a assez de fric comme ça le garçon, il peut aller bosser maintenant, il n'a jamais travaillé en dehors des palais de la république.

  • La politique se serait très bien portée sans lui et son compère Hollande , les deux fossoyeur de la France . Et ce qu'ils nous ont laisser a leurs place ne valent pas mieux , dommage que le peuple ne fasse pas la révolution.............

  • Ah oui??? Mais sa retraite de 1er ministre lui aurait pas suffi, c'est que ça raffole du pognon les gens de gauche, plus que quiconque.

  • tu parles, il vendrait père et mere pour garder sa place.

  • Ouf enfin.