Le Rassemblement national en grande difficulté financière

Le Rassemblement national en grande difficulté financière
Marine Le Pen le 23 janvier 2020 à Nantes.
A lire aussi

, publié le vendredi 21 février 2020 à 17h12

Le parti mené par Marine Le Pen cumulait plus de 24,4 millions d'euros de dettes à la fin de l'année 2018. 

Les dettes du Rassemblement national s'accumulent dangereusement : fin 2018, elles s'élevaient au total à plus de 24,4 millions d'euros, selon les chiffres financiers de 2018 publiés mardi soir par la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques. 

Le RN en mauvaise santé financière, ce n'est pas la première fois que cela arrive. Mais depuis le début de l'année 2020, le parti est confronté à ses créanciers, et se voit notamment poursuivi en justice pour ne pas avoir remboursé à échéance son emprunt russe de 9,4 millions d'euros.

D'ici les prochains jours, il touchera son aide publique pour 2020 de 5,1 millions d'euros mais qui sera amputée des 4,2 millions d'euros dus à Cotelec, le micro-parti de Jean-Marie Le Pen. 

"Il n'y a pas de quoi payer les créanciers", selon un élu 

"La situation est très critique", confiait un élu à L'Opinion le 13 février dernier. "Il n'y a pas de quoi payer les créanciers", explique un autre élu au Parisien. 


Pourtant, la direction du RN ne semble pas céder à la panique. Lors de ses voeux le 16 janvier, Marine Le Pen avait annoncé un emprunt direct auprès des Français à un taux d'intérêt de 5%. Là encore, ce n'est pas la première fois : elle avait déjà fait appel avec succès à sa base en 2017 et 2019, évoquant le refus des banques de prêter à son parti. Le dernier emprunt contracté avait permis de récolter 4 millions d'euros.

Mais cet emprunt auprès de ses sympathisants risque surtout d'accroître la dette du parti. Pourtant le trésorier du parti, Wallerand de Saint-Just, se veut confiant : "on va faire face aux dettes", affirme-t-il au Parisien. Reste à savoir comment. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.