"Le problème des musulmans" : face à la polémique, Manuel Valls se défend

"Le problème des musulmans" : face à la polémique, Manuel Valls se défend
Manuel Valls le 13 novembre à Paris.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 22 novembre 2017 à 13h10

POLÉMIQUE. Dénonçant des "accusations outrancières", le député de l'Essonne a posté sur Twitter ses propos non tronqués "dans lequel (il) dénonce le populisme qui s'en prend aux étrangers et aux musulmans".

La petite phrase a fait polémique.

Lors d'un débat filmé mardi 21 novembre à Madrid organisé par le quotidien espagnol El Pais, Manuel Valls a affirmé, en espagnol, qu'il existait dans la société française un "problème" avec l'islam et les musulmans.

"Tous les pays souffrent d'une crise d'identité, d'identité culturelle. Parce qu'il y a la mondialisation, il y a la crise politique, il y a les réseaux sociaux, il y a le problème des réfugiés. Surgissent dans nos sociétés, par exemple dans la société française, le problème de l'islam, des musulmans. Tout cela nous interroge sur ce que nous sommes", déclare-t-il dans cette vidéo repérée par Le Lab d'Europe 1 mardi en fin de journée.



Une formule qui a rapidement fait polémique. Son ancien collègue du PS Stéphane Le Foll a notamment estimé mercredi matin 22 novembre sur le plateau de France 2 que "c'est tout ce qu'il ne faut pas faire et tout ce qu'il ne faut pas dire". Le trésorier du FN Wallerand de Saint-Just l'a également repris sur Twitter.



Un débat auquel le député de l'Essonne veut mettre fin. Dans un tweet publié mercredi matin, il dénonce des "polémiques et accusations outrancières" à son sujet du fait de ces propos. Il publie ses "propos non tronqués" où "il dénonce le populisme qui s'en prend aux étrangers et aux musulmans".



Après la citation polémique, l'ex-Premier ministre précise : "Tous les pays, y compris l'Allemagne, aujourd'hui s'interrogent sur ce qu'est être allemand, être français ou être espagnol. Et il y a plusieurs façon de répondre à cette question". Et d'ajouter : "Il y a la réponse nationaliste, populiste, c'est-à-dire accuser toujours quelqu'un. Accuser Madrid, accuser le capitalisme, accuser Bruxelles, accuser Washington ou accuser les autres, les étrangers et les musulmans. Mais il y a une autre réponse, qui est une réponse ouverte, et aussi être fier de ce que nous sommes."

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
39 commentaires - "Le problème des musulmans" : face à la polémique, Manuel Valls se défend
  • le raciste ose encore parler

  • Contrairement à ce que dit certain il y a eu des polémiques avec les polonais, arméniens, espagnols, portugais, italiens. Je ne pense pas que la personne qui a dit cela était présent quand ils sont arrivés en France, il y a entre 70 ans et un siècle, mon père y était et s'était fait des amis parmi eux? Les polonais sont allés dans les mines et n'ont pas nécessairement été biens reçus , un bon nombre sont d'ailleurs repartis, les arméniens étaient mis à l'écart, mon père est sans doute un des premier français qui ait joué au football dans un club arménien avec des arméniens, les espagnols avaient été parqués, les italiens étaient pour beaucoup dans des quartiers vétustes et n'avaient que le travail le plus dur et le plus ingrat et eux aussi avaient droit à des qualificatifs peu gratifiants. Ce n'est qu'à partir des troisièmes générations dans les années 1950 quand ils fréquentaient les écoles et le catéchisme avec les autres enfants français que cela s'est calmé.

  • "Le problème avec M Valls" nous pensions l'avoir réglé avec son échec cuisant à la primaire socialiste! Mais non, un coup c'est les noirs, trop nombreux à son goût à Evry, il y réclamait des "blancos des whites, des blancs", et maintenant les musulmans. Il lui faut toujours une petit haine pour l'hiver?

  • Monsieur Valls, chez eux chez nous, arrêtez de nous noyer avec votre volonté, qui est amère!

  • Ce traite revient par la petite porte