Le PCF prévoit de faire sa "révolution" lors d'un congrès en novembre 2018

Le PCF prévoit de faire sa "révolution" lors d'un congrès en novembre 2018

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, le 17 septembre 2017 à La Courneuve

A lire aussi

AFP, publié le samedi 18 novembre 2017 à 19h09

Le parti communiste tiendra son congrès extraordinaire du 24 au 26 novembre 2018 pour y faire sa "révolution" dans un contexte social et politique renouvelé, a annoncé samedi le parti. 

La résolution actant le calendrier de ce congrès a été adoptée par 72,8% des voix de l'assemblée nationale du parti, qui a réuni à Paris près de 900 animateurs de sections locales du PCF.

"Nous décidons d'engager toutes nos énergies dans la préparation d'un congrès extraordinaire de notre parti en 2018 pour ouvrir une nouvelle perspective d'espoir dans notre pays et penser, au service de ces objectifs, notre propre révolution, celle qui nous amènera à être le Parti communiste dont la société française d'aujourd'hui a besoin", affirment les représentants communistes dans ce texte. 

Evoquant un nécessaire "bilan lucide" de la situation actuelle du parti, son fonctionnement interne comme ses luttes, ils souhaitent également que soit développée "une analyse en profondeur des enjeux de la nouvelle période politique ouverte en 2017".

La réflexion sur la "transformation du parti" s'organisera autour de quatre grands thèmes: "les luttes et le combat communiste", la "démarche de transformation et de rassemblement dans la société française", les "transformations de notre parti" et "les élections européennes", prochaine échéance électorale, prévue en 2019. 

"Notre congrès, préparé de manière inédite, fait appel à l'intelligence de tou·te·s les communistes et de celles et ceux qui sont disponibles à nos côtés pour travailler à l'avenir de cette belle idée du commun". 

Lors de ce congrès, l'actuel secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, a annoncé qu'il serait candidat à sa succession. Mis en difficulté pendant la présidentielle lorsque le parti a longuement tergiversé sur son soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon, M. Laurent a expliqué qu'il souhaitait une direction plus "collective", à laquelle il voudrait associer plusieurs personnalités émergentes.

Concrètement, après la consultation de ses militants - 13.500 questionnaires dépouillés - depuis la mi-septembre, le parti se donne jusqu'à la fin mai pour organiser des "chantiers" sur les grandes thématiques définies. A partir de début juin, la phase finale du congrès sera lancée avec la présentation des différentes motions.

Parmi les temps forts, le PCF prévoit des "assises communistes pour l'écologie" en mai et surtout des États généraux du progrès social, avec une première étape nationale le 3 février à Paris.

Il s'agira d'"un carrefour de convergences de toutes ces luttes", qui constituera "une première étape de la construction d'une plate-forme de rassemblement alternative au pouvoir de Macron et à la politique de son gouvernement".

 
70 commentaires - Le PCF prévoit de faire sa "révolution" lors d'un congrès en novembre 2018
  • Une révolution dans une verre d'eau.

  • ça y est ils ont trouves une cabine téléphonique de libre pour pouvoir se réunir ils sont impayables les cocos

  • le pcf c'est fini les années duclos et marchais sont derriéres il n'y a plus de camarade comme à ces époques là .

  • avatar
    envrac  (privé) -

    Ce débat devra prendre en considération tous les problèmes des gens , y compris ceux devant lesquels il n'est pas à l'aise. D'autre part, fort de ses 120.000 adhérents (dont plus de 50.000 à jour de cotisations), le PCF devra détecter les meilleurs d'entre eux pour y former ses cadres de demain. Il est en effet inadmissible de se raccrocher à quelqu'un de l'extérieur (Mélenchon ou un autre). Le potentiel existe et le PCF doit présenter ses propres candidats afin de ne plus se retrouver dans des situations dont il est un peu responsable. Et qu'importe le score. S'allier, évidemment, car il y a des millions de gens qui sans être communistes en ont marre de cette société, mais s'allier sans se renier.
    Juste quelques remarques destinées aux anticommunistes primaires:
    La différence entre vous et moi est que je déplore les morts de quelques côtés qu'ils soient, alors que vous, vous vous réjouissez de les utiliser comme argument. Vous vous inspirez du livre noir, poursuivez vos lectures en lisant les critiques du livre noir qui vous dévoileront bien des contrevérités. D'autre part, il ne me viendrait pas à l'esprit de mettre sur le dos des croyants les massacres commis au nom de l'église dans l'histoire. Soyons sérieux, les textes religieux et communistes ont notamment pour valeurs communes: fraternité et paix. L'application faites par certains s'appelle une dérive. Une dérive qui dénature. Cela ne remet absolument pas en cause l'idéal.

  • il ne reste qu'un seul parti dit communiste en Europe, c'est le français. Dans tous les pays le nom a changé. En France le parti est conservateur.
    Peut-on être "communiste" aujourd'hui? Lénine, Staline and co, 100 millions de morts, dictature, terreur, famine, et tant de choses négatives. Il faudrait l'interdire zini sur son bras armé la CGT.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]