Le numéro 2 de LREM, Pierre Person, démissionne

Le numéro 2 de LREM, Pierre Person, démissionne
Le député de Paris Pierre Person, le 19 juin 2017.

, publié le lundi 21 septembre 2020 à 08h25

Le député de Paris et délégué général adjoint de La République en marche annonce lundi 21 septembre dans un entretien au Monde qu'il démissionne, estimant que le parti présidentiel n'est pas en mesure d'affronter la nouvelle étape du quinquennat.




C'est un nouveau coup dur pour La République en marche. Après la claque des municipales et les régulières défections de députés, le parti présidentiel perd son numéro deux.

Dans un entretien au Monde publié lundi 21 septembre, le délégué général adjoint de LREM Pierre Person annonce démissionner de ses fonctions. "Aujourd'hui, pour donner un nouveau souffle au parti, je fais le choix de démissionner de mes fonctions à la direction de LREM, en quittant mon poste de délégué général adjoint et en ne siégeant plus au bureau exécutif. Je redeviens un militant parmi les militants et reste évidemment membre du groupe parlementaire", explique-t-il.




Alors que la France traverse "une grave crise sanitaire, économique et sociale", "au parti, rien n'a changé", déplore le député de Paris, qui estime que le parti n'est pas en mesure, "en l'état actuel", "d'affronter cette nouvelle étape du quinquennat". L'élu explique s'être "heurté à une organisation trop repliée sur elle-même et qui ne tient pas assez compte de ses 'marcheurs', de ses élus locaux ou de ses parlementaires". Le mouvement est resté dans sa logique de 2017, qui était de porter le projet présidentiel. Mais il ne produit plus d'idées nouvelles", estime-t-il. Le parti doit "avoir sa propre raison d'être, sans porter uniquement en 'copier-coller' le message du gouvernement", insiste le parlementaire.

"Ma volonté est de créer un électrochoc", assure Pierre Person, qui invite "tous ceux qui veulent bâtir les succès de demain à quitter eux aussi leurs fonctions à la tête du parti pour écrire une nouvelle page".

Interrogé pour savoir s'il remettait en cause la gestion du délégué général Stanislas Guerini, il relève qu'"une simple réorganisation de la direction est prévue, lundi soir, lors d'une réunion du bureau exécutif. Cela montre bien que le parti n'a pas pris la mesure de la situation". Stanislas Guerini doit-il quitter son poste ? "Il a de grandes qualités humaines, managériales et n'a pas ménagé ses efforts. Le sujet n'est pas personnel mais politique. Au moment où le président de la République a demandé à chacun de se réinventer, je ne crois pas que LREM puisse s'en affranchir", répond Pierre Person, qui assure qu'il soutiendra Emmanuel Macron lors de la présidentielle de 2022. "La raison de mon engagement dans ce mouvement, c'est la vision qu'il porte depuis 2017. Je serai à ses côtés pour tous ses combats. Mon départ vise justement à susciter une nouvelle dynamique. Le président a besoin d'un parti fort pour 2022", estime-t-il.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.