Le maire de Reims propose un reconfinement après Noël pour "permettre un retour à la vie presque normale à la rentrée"

Le maire de Reims propose un reconfinement après Noël pour "permettre un retour à la vie presque normale à la rentrée"
Le maire LR de Reims Arnaud Robinet, en janvier 2020.

, publié le mardi 22 décembre 2020 à 11h10

"Chaque pays est en train de reconfiner", a également souligné Arnaud Robinet qui pense qu'il "faut avoir la franchise vis-à-vis de nos concitoyens et leur dire qu'au vu de la situation actuelle, rien n'est possible aujourd'hui".

Comment éviter un rebond épidémique à la rentrée ? Alors que les indicateurs sanitaires du Covid-19 sont de plus en plus préoccupants dans le Grand-Est, le maire Les Républicains de Reims Arnaud Robinet "propose de reconfiner soit de façon territoriale ou au niveau national (...) à partir du 25 ou du 26 jusqu'à la rentrée, c'est-à-dire jusqu'au 3 ou 4 janvier" afin "de permettre un retour à la vie presque normale à la rentrée". 



"Chaque pays est en train de reconfiner. Ce qui montre qu'il n'y a pas de solution miracle (...) Il faut avoir la franchise vis-à-vis de nos concitoyens et leur dire qu'au vu de la situation actuelle, rien n'est possible aujourd'hui", a expliqué l'élu sur franceinfo mardi 22 décembre, avant d'ajouter : "Laissons les Français faire Noël en famille et ensuite un reconfinement."

Le maire de Reims a également appelé les Français à être responsables pendant les fêtes : "Il faut que l'on soit solidaires durant ces fêtes de Noël, notamment le 24 décembre au soir, il faudra respecter les gestes barrières". "Avec le vaccin qui va arriver, c'est la seule manière de combattre cette propagation du virus", a-t-il ajouté.


Pour expliquer la flambée épidémique dans le Grand Est, Arnaud Robinet met en avant le "facteur climatique", indiquant que "les températures ont baissé avec cette vague de froid", mais également "le déconfinement" qui "favorisait les échanges et notamment les échanges transfrontaliers". "Nous sommes une région de passage où il y a beaucoup de rencontres et de déplacements", a-t-il souligné. Selon le maire de Reims, il est en outre "possible" que la mutation du virus soit présente dans la région. "Les infectiologues nous confirmerons ou non la présence de ce virus dans la région", a-t-il ajouté. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.