Le maire de Nice Christian Estrosi chahuté lors d'une visite sur les lieux d'une fusillade

Le maire de Nice Christian Estrosi chahuté lors d'une visite sur les lieux d'une fusillade
Le maire de Nice Christian Estrosi, le 11 juin 2020 à Nice.

publié le jeudi 23 juillet 2020 à 08h13

Obligé de quitter le quartier sensible des Moulins après une visite surprise, le maire de Nice a assuré qu'il ne "lâcherait rien, jusqu'à a ce que le dernier dealer ait encore le sentiment d'être libre de pouvoir son marché ici".



Deux jours après la fusillade qui avait éclaté en pleine journée au Moulins, sur fond de trafic de drogue, le maire de Nice Christian Estrosi s'est rendu mercredi soir 23 juillet dans ce quartier sensible de la ville, accompagné du préfet des Alpes-Maritimes Bernard Gonzalez. Une visite surprise qui a tourné court, rapporte BFMTV. 




Alors qu'il tentait d'instaurer le dialogue, notamment avec les plus jeunes, l'élu Les Républicains a été rapidement pris à partie, rendant les échanges impossibles. L'édile et le préfet ont alors quitté les lieux, sous les insultes. Selon BFMTV, ils ont même été la cible d'un projectile.

"Nous ne lâcherons rien"

"Les réactions auxquelles vous avez assisté tout à l'heure, c'est tout simplement des gens qui sont en colère de nous voir là, qui sont en colère d'être dérangés, qui sont en colère de comprendre ce qui est en train de se passer, à savoir que la police ne va plus rien lâcher", a commenté Christian Estrosi. "Nous ne lâcherons rien, jusqu'à a ce que le dernier dealer ait encore le sentiment d'être libre de pouvoir son marché ici", a-t-il martelé.

A la suite de cette fusillade, Christian Estrosi avait demandé des "moyens supplémentaires" et un "plan d'action immédiat permettant de rétablir l'ordre", jugeant la situation du quartier des Moulins "très préoccupante". A l'Intérieur, Gérald Darmanin a entendu cette requête et envoyé 60 CRS en renfort. Par ailleurs, une enquête pour "tentative d'homicide" a été ouverte et confiée à la police judiciaire de Nice pour tenter d'identifier les personnes impliquées.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.