Le gouvernement réuni en séminaire pour appliquer les annonces d'Emmanuel Macron

Le gouvernement réuni en séminaire pour appliquer les annonces d'Emmanuel Macron
Le Premier ministre, Edouard Philippe, s'est exprimé brièvement en amont du séminaire gouvernemental.

, publié le lundi 29 avril 2019 à 09h19

Le gouvernement se réunit lundi 29 avril en séminaire pour "traduire concrètement" les annonces d'Emmanuel Macron après sa conférence de presse la semaine dernière. Un séminaire auquel prends part un certain nombre de parlementaires de la majorité. 


Une journée de travail intense pour définir "qui fait quoi et quand" et "traduire concrètement" les annonces du président de la République. Le Premier ministre, Edouard Philippe, s'est exprimé brièvement en amont du séminaire gouvernemental qui s'ouvre lundi 29 avril, quelques jours après la conférence de presse d'Emmanuel Macron. Le gouvernement se réunit autour d'Edouard Philippe pour réfléchir à la mise en place des mesures et à leur financement. L'occasion de discuter des mesures, de la méthode, du calendrier, donc de "toute la mise en œuvre opérationnelle des annonces du président", résume-t-on à Matignon. 



L'originalité de cette réunion, qui "ne sera pas un simple séminaire gouvernemental" assure la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye est la présence de parlementaires. Des représentants de la majorité (présidents de groupe à l'Assemblée et au Sénat, présidents de commissions, rapporteurs généraux) sont conviés à partir de midi. L'occasion de tenter de fluidifier le rapport entre la majorité parlementaire et l'exécutif alors que des députés avaient vivement déploré ne pas avoir été mieux écoutés et associés lors de la crise des "gilets jaunes".

Comment financer les mesures? 

Calendrier parlementaire, réforme constitutionnelle, mais aussi "les nouvelles solidarités", à savoir la dépendance, le statut des aidants, sont au menu de la réunion de lundi. 

Mais l'équation la plus délicate revient à Bercy qui devra trouver des pistes de financement des mesures, comme les 5 milliards de baisse d'impôt sur le revenu. Car l'annonce de ces baisses d'impôts n'avait pas manqué de faire réagir l'opposition. Le patron des Républicains Laurent Wauquiez a ainsi fustigé le manque d'annonces "sérieuses" sur la baisse de la dépense publique quand Marine Le Pen a épinglé dimanche le "flou" de ces annonces qui ne seront "pas suivies d'effet".

Retraites, 80 km/h...

De précisions, sont également attendues sur une réforme globale du système des retraites. Emmanuel Macron a indiqué vouloir actionner deux leviers: l'allongement de la durée de cotisation et des incitations à travailler plus longtemps.

D'autres points pourraient être abordés, à l'image de l'abaissement de la vitesse à 80 km/h, selon Sibeth Ndiaye. Il s'agira de réfléchir à "la manière dont on peut faire en sorte qu'il n'y ait pas une application brutale, uniforme sur l'ensemble du territoire", a-t-elle lancé dimanche.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.