Le gouvernement promet une réforme "globale" pour soigner le système de santé

Chargement en cours
 Edouard Philippe serre la main de membres du personnel médical lors d'une visite du centre hospitalier Simone Veil, à Eaubonne, dans le Val d'Oise, le 13 février 2018

Edouard Philippe serre la main de membres du personnel médical lors d'une visite du centre hospitalier Simone Veil, à Eaubonne, dans le Val d'Oise, le 13 février 2018

1/3
© AFP, JACQUES DEMARTHON

AFP, publié le mardi 13 février 2018 à 19h48

Le Premier ministre Edouard Philippe a donné mardi le coup d'envoi d'une réforme "globale" du système de santé et promis d'apporter d'ici l'été de premières réponses au malaise des soignants et au déficit chronique des hôpitaux.

Un diagnostic partagé avant une opération "globale, cohérente, méthodique". Edouard Philippe se donne "trois mois pour réfléchir intensément" à la "transformation de l'ensemble (du) système de santé".

"Nous pourrions essayer de corriger deux ou trois choses ici ou là", mais "les Français ont conscience que le temps des rafistolages est révolu", a-t-il dit lors d'un déplacement à Eaubonne (Val-d'Oise).

De mars à mai, le gouvernement entend multiplier les concertations et consultations, y compris sur internet.

Le débat ne part toutefois pas d'une feuille blanche: "cinq grands chantiers" à traiter en priorité ont été identifiés.

Sans surprise, la réforme du financement des hôpitaux sera sur la table, après une dégradation des comptes sans précédent en 2017: le déficit des seuls établissements publics "pourrait doubler (et) atteindre plus d'un milliard d'euros", a indiqué la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, mardi à l'Assemblée nationale.

Le gouvernement s'en tient sur ce sujet à la promesse d'Emmanuel Macron de "plafonner à 50%" la tarification à l'activité (T2A) des hôpitaux, qui "pousse à une activité sans qualité", selon Mme Buzyn.

Mais ce changement prendra du temps: une équipe d'experts devra proposer d'ici fin 2019 de nouveaux modèles de financement.

- 'inquiétude' -

Leurs travaux devront aussi tenir compte d'indicateurs de qualité commandés à la Haute autorité de santé (HAS) et permettre une meilleure "régulation" des dépenses, notamment pour les soins dits "de ville".

Une ambition qui se heurte aux réticences des libéraux, médecins et infirmiers: deux syndicats de médecins (CSMF et SML) et une organisation d'infirmiers (FNI) ont immédiatement pris la défense du "paiement à l'acte".

Dans l'immédiat, les tarifs hospitaliers "seront en baisse" à nouveau cette année, a annoncé le Premier ministre, provoquant le mécontentement de la fédération des établissements privés (FHP).

"Les bonnes intentions ne sont pas suivies d'effet", a regretté son président, Lamine Gharbi, dont "l'inquiétude reste très forte".

Loin de laisser entrevoir des ressources supplémentaires, le gouvernement veut au contraire ouvrir la chasse aux actes "inutiles" dès cette année.

Les différentes spécialités médicales devront lui soumettre des propositions d'ici l'été pour réduire ces dépenses qui représentent, selon Mme Buzyn, 30% du budget de l'Assurance maladie.

D'autres évolutions seront confirmées. Ainsi, le "virage ambulatoire" (soins sans hospitalisation) sera élargi à d'autres activités que la chirurgie.

- 'sans tabou' -

Les regroupements territoriaux vont par ailleurs être "approfondis", mais "ces restructurations ne visent pas à fermer des hôpitaux", a affirmé Mme Buzyn devant les députés.

"L'idée n'est pas de supprimer des postes", a-t-elle encore déclaré, assurant que le plan de départs volontaires pour les fonctionnaires envisagé par le gouvernement "ne concerne pas" les personnels hospitaliers.

Très satisfait, le directeur général de l'AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris), Martin Hirsch, s'est dit sur Franceinfo "convaincu de la nécessité" de cette réforme car "tout le monde y a intérêt".

Toujours au registre des réformes poursuivies, l'exécutif veut "accélérer le virage numérique" dans la santé et a déjà promis en octobre d'y consacrer 5 milliards d'euros dans le cadre de son Grand plan d'investissement. Pour enrichir le tableau, ce "chantier" intègre également la généralisation du dossier médical partagé (DMP) et l'essor de la télémédecine.

Enfin, la formation des soignants sera remaniée: en plus du "service sanitaire" obligatoire dès la rentrée de septembre, Edouard Philippe a promis "une réflexion sans tabou sur le numerus clausus", qui fait office de quota d'étudiants admis en deuxième année.

Le débat sera aussi ouvert sur "l'avenir des épreuves classantes nationales qui précèdent l'internat" et décident de leur spécialisation "pour aboutir à des mesures législatives dès le début de l'année 2019", a-t-il ajouté.

Saluant "un grand nombre d'intentions extrêmement louables", deux syndicats de médecins hospitaliers, le Sham-HP et la CMH, ont espéré "que les moyens nécessaires (...) seront au rendez-vous".

Pour l'heure, le Premier ministre a seulement annoncé que "l'accompagnement de cette transformation du système de santé" bénéficiera d'une rallonge annuelle de 100 millions d'euros, sans préciser la durée de cette réforme.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
74 commentaires - Le gouvernement promet une réforme "globale" pour soigner le système de santé
  • tous ces sujets récurrents, la santé déficitaire, le chômage permanent, les caisses de retraites déficitaires, les problèmes dune éducation qui s'affaiblit , les impôts trop importants, les déficits chroniques etc...etc...sont pourtant à l'ordre du jour depuis des décennies, avec des cabinets d'experts, des spécialistes, des gouvernements différents ,des élus différents et rien ne bouge à part les taxes et les impôts qui augmentent. Des réformes il en faut, mais dans le bon sens, il faut arrêter de financer des pays étrangers ( des aides ???)arrêter la migration trop importante, arrêter de faire la guerre un peu partout ( on a pas les épaules assez larges) arrêter de dépenser plus que l'on a, nous n'avons plus les moyens de vivre au dessus de nos moyens. Il faut réinvestir l'argent dans la santé avec des réglementation plus strictes

  • Cette réforme est plus importante et plus urgente que celle du service militaire qui va coûter 3 milliards alors que le gouvernement dans sa grande bonté n'a alloué que 50 millions aux EPAD. Il est vrai que le 4° age ne vote plus et à donc une importance relative de ce fait.

    oui mais les français disent rien, ils perdent leur avantages petit a petit avec des nouvelles réformes, mais ils sont bien trop occupés a se battre pour un pot de nutella, c'est bien plus important

  • Nouvelle donne pour l'accès aux hopitaux, la carte vitale sera remplacée par la carte bancaire

    ça c'est déjà pratiquement fait avec les dépassements d" honoraire et l'augmentation des frais d'hospitalisation. Il ne va rester que la CMU ( pas pour nous bien sur) et les riches qui vont pouvoir se soigner correctement.

  • avatar
    valdenonce  (privé) -

    Macron est obligé de réformer la France car on n'a plus d'argent. Les dirigeants successifs ont dilapidé notre argent en distribuant du social à gogo. Aujourd'hui c'est l'heure des compte et du prix à payer du partage. Des bons français naïfs!

    Notre bon président est le même que les autres : il pompe, et encore il pompe notre maigre pécule pour donner aux riches, se amis

  • ne dit on pas que les ""promesses"" n'engagent que ceux qui y croient ,non pas ceux qui les font ?

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]