Le "gilet jaune" Jérôme Rodrigues qualifié de "débile profond" par un député LREM

Le "gilet jaune" Jérôme Rodrigues qualifié de "débile profond" par un député LREM
Le manifestant critiquait samedi le choix d'Emmanuel Macron de repousser ses annonces à cause "d'un malheureux incendie".

Orange avec AFP-Services, publié le samedi 20 avril 2019 à 15h00

Le manifestant critiquait samedi 20 avril le choix d'Emmanuel Macron de repousser ses annonces à cause "d'un malheureux incendie".

Le député LREM Jacques Marilossian a violemment commenté ce samedi 20 avril sur BFMTV les propos de Jérôme Rodrigues, une des figures des "gilets jaunes" qui critiquait le choix d'Emmanuel Macron de repousser ses annonces après le grand débat national. "Il devait annoncer [son plan de mesures] en début de semaine. Il ne l'a pas fait à cause d'un malheureux incendie dans une cathédrale, je trouve ça regrettable", avait déclaré le manifestant.



"Une stratégie gouvernementale"

"Le monde a l'air de s'arrêter de tourner quand il y a un incendie en France. Je pense que c'était surtout une stratégie gouvernementale pour aller balancer un petit peu d'info soi-disant par des fuites et retravailler derrière son discours pour toujours mieux nous vendre son programme électoral", avait ajouté le "gilet jaune".

"Débile profond" 

Des propos qui ont provoqué la colère de l'élu des Hauts-de-Seine, Jacques Marilossian. Ce dernier n'a pas hésité à qualifier le "gilet jaune" de "débile" puis de "débile profond" sur l'antenne de BFMTV.  "J'attends celui qui va nous expliquer que l'incendie de Notre-Dame est un complot ourdi par le président de la République pour faire durer le plaisir des gilets jaunes", s'est emporté le député.

"Je m'inquiète de l'évolution de la démocratie", a ajouté l'élu avant d'assumer les insultes à l'égard du "gilet jaune", répétant: "débile profond, il n'y a pas d'autres mots."


 En parallèle, les "gilets jaunes" ont entamé samedi 20 avril leur 23e journée de mobilisation avec un défilé à Paris en forme de nouvel "ultimatum" lancé à Emmanuel Macron, à l'issue d'une semaine dominée par l'incendie à Notre-Dame.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.