Le directeur de cabinet de Macron, "fusible désigné à l'avance" (Marine Le Pen)

Le directeur de cabinet de Macron, "fusible désigné à l'avance" (Marine Le Pen)
Marine Le Pen en février 2016 au parlement européen à Strasbourg

AFP, publié le mardi 24 juillet 2018 à 12h25

Le directeur de cabinet du président Emmanuel Macron, Patrick Strzoda, qui doit être entendu mardi après-midi par les députés, "semble être le fusible idéal, le fusible désigné à l'avance" dans l'affaire Benalla, a estimé Marine Le Pen.

Le haut fonctionnaire n'aurait pas pu octroyer à Alexandre Benalla "toute une série de passe-droits s'il n'en avait pas été autorisé par son supérieur hiérarchique", a déclaré sur BFMTV la présidente du Rassemblement national (RN, ex-FN).

La députée du Pas-de-Calais a également déploré que le préfet de police Michel Delpuech, entendu lundi par les députés, ait "assumé" avoir autorisé Alexandre Benalla à porter une arme, alors que selon elle, "cette procédure aurait due être effectuée devant le ministère de l'Intérieur, qui avait refusé ce permis de port d'armes quelques semaines avant".

"Au-delà du comportement de M. Benalla (...), la vraie question c'est qui lui a fait comprendre qu'il pouvait tout se permettre. Et qui est prêt à mettre en place une police parallèle pour échapper à la structure, à la formation, à l'éthique qui sont celles des policiers et des gendarmes pour confier la sécurité du président à quelqu'un comme monsieur Benalla?" a demandé Mme Le Pen.

Depuis plusieurs jours, les oppositions somment le chef de l'Etat de s'exprimer sur l'affaire de son collaborateur Alexandre Benalla, que des vidéos montrent en train de frapper et malmener deux manifestants le 1er mai. L'Elysée a annoncé vendredi avoir engagé la procédure de licenciement de M. Benalla.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU