Le coronavirus "ne prend pas de vacances", rappelle Olivier Véran qui invite la jeunesse à "la vigilance"

Le coronavirus "ne prend pas de vacances", rappelle Olivier Véran qui invite la jeunesse à "la vigilance"
Le ministre de la Santé Olivier Véran, le 22 juillet 2020.

, publié le dimanche 26 juillet 2020 à 10h30

Lors des campagnes de dépistage, "on voit arriver des jeunes qui ont été infectés sans qu'on sache comment", a expliqué le ministre de la Santé qui rappelle qu'une personne atteinte par le Covid-19, même asymptomatique, peut faire circuler le virus. 

En cette période de vacances, propice au laisser-aller et aux regroupements festifs, le ministre de la Santé Olivier Véran en appelle "à la jeunesse pour qu'elle soit vigilante" face à l'augmentation du nombre de cas de Covid-19. Dans un entretien au Parisien mis en ligne samedi soir, le ministre a fait part de sa préoccupation.



"Lors des campagnes de dépistage massif", on remarque "que les patients sont jeunes, plus jeunes que lors de la précédente vague.

Le taux d'asymptomatiques est, lui, extrêmement élevé", a expliqué le ministre. "C'est le cas particulièrement en Île-de-France où l'on voit arriver des jeunes qui ont été infectés sans qu'on sache comment", poursuit-il. "Sans doute que les personnes vulnérables et âgées ont conservé un niveau de prudence élevé alors que les jeunes, eux, font moins attention", avance-t-il pour expliquer le phénomène. "C'est ce que l'on constate notamment lors des rassemblements festifs et surtout familiaux à l'origine de clusters", ajoute-t-il.


Même s'il dit comprendre "parfaitement leur besoin de changer d'air et de souffler", "le virus, lui, ne prend pas de vacances", rappelle Olivier Véran qui en appelle "à la jeunesse pour qu'elle soit vigilante". "On n'a pas encore gagné la guerre", martèle-t-il, ajoutant que sur un nombre de tests "approchant les 500.000 par semaine", le taux de positifs est "de l'ordre de 1 à 1,5%". En cas de besoin, le ministre n'exclut pas de devoir prendre certaines mesures restrictives comme la fermeture des bars dans certaines régions. "En Mayenne, j'ai demandé au préfet d'interdire tous les rassemblements de plus de dix personnes tant que le virus circule de manière trop importante. Cela peut aller jusqu'à limiter l'ouverture des établissements si c'est nécessaire. Cela fait partie des possibilités", explique le ministre. 

En Catalogne, "beaucoup de jeunes étaient contaminés et le virus a fini par se propager dans la population", poursuit Olivier Véran. "Il faut donc continuer à appliquer les gestes barrières, respecter les distances sociales, porter un masque et se faire dépister en cas de doute", soutient le ministre. 

La circulation virale est en "nette augmentation" en France, avec plus de 1.000 nouveaux cas de coronavirus par jour, a annoncé vendredi la Direction générale de la Santé. L'épidémie de Covid a fait 30.192 morts en France selon les autorités.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.