«Le Conseil supérieur des programmes a été dépossédé de ses missions», dénonce son ex-vice-présidente

Chargement en cours
 Sylvie Plane

Sylvie Plane

1/2

Libération, publié le dimanche 04 février 2018 à 21h03

Sylvie Plane, vient de démissionner de la vice-présidence du Conseil supérieur des programmes (CSP). Après le départ fin septembre de son président Michel Lussault, cette annonce résonne de manière particulière. L'instance, mise sur pied en 2013 par la loi de refondation de l'école, avait un statut à part, conçu pour qu'elle soit indépendante du ministère de l'Education. Les 18 membres, dont dix «personnalités qualifiées pour leur excellence dans leur domaine et leur connaissance du système éducatif», six parlementaires, deux membres du Conseil économique, social et environnemental (Cese) disposent ainsi, selon les textes, d'une liberté d'action dans leurs missions.

Sylvie Plane, professeure émérite de sciences du langage à l'université Paris-Sorbonne, explique sa…

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
3 commentaires - «Le Conseil supérieur des programmes a été dépossédé de ses missions», dénonce son ex-vice-présidente
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]