Le "colonialisme a été une faute de la République", estime Emmanuel Macron à Abidjan

Le "colonialisme a été une faute de la République", estime Emmanuel Macron à Abidjan
Emmanuel Macron, le 21 décembre à Abidjan.

, publié le dimanche 22 décembre 2019 à 08h36

Venu passer les fêtes avec les militaires français en Côte d'Ivoire, le président français a assuré qu'il souhaitait que "cette Afrique jeune", qui n'a pas connu la colonisation, "accepte de bâtir avec une France nouvelle un partenariat d'amitié (...) beaucoup plus fécond". 

Emmanuel Macron persiste et signe. Alors qu'il avait créé la polémique en février 2017, en pleine campagne présidentielle, en déclarant sur une chaîne algérienne que "la colonisation (faisait) partie de l'histoire française" et qu'il s'agissait "d'un crime contre l'humanité", le président de la République a estimé samedi 21 décembre en Côte d'Ivoire que le colonialisme a été "une faute de la République".




"Trop souvent aujourd'hui la France est perçue" comme ayant "un regard d'hégémonie et des oripeaux d'un colonialisme qui a été une erreur profonde, une faute de la République", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Abidjan en compagnie du président ivoirien Alassane Ouattara, appelant à "bâtir une nouvelle page".

"Parfois les jeunes reprochent à la France des troubles, des difficultés qu'ils ont pu vivre auxquelles la France ne peut rien. Alors, je sais, on (la France) est parfois la cible toute désignée, c'est plus simple (...) Quand c'est difficile, on dit 'c'est la France'", a poursuivi le chef de l'État, qui était venu passer les fêtes avec les soldats français.

M. Macron a conclu en espérant que "cette Afrique jeune accepte de bâtir avec une France nouvelle un partenariat d'amitié (...) beaucoup plus fécond". 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.