Laurent Berger (CFDT): "il faut retrouver le chemin du dialogue"

Laurent Berger (CFDT): "il faut retrouver le chemin du dialogue"
Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger s'exprime devant la presse le 25 novembre 2019 à Paris

, publié le jeudi 12 décembre 2019 à 11h16

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a estimé jeudi sur BFMTV qu'il fallait "retrouver le chemin du dialogue", suggérant au gouvernement de réunir les syndicats favorables à un régime universel de retraite, qui ont tous basculé mercredi dans le camp des opposants suite aux annonces du Premier ministre.

"Je suis prêt à discuter, évidemment qu'on veut discuter", a-t-il lancé.

"Le Premier ministre pourrait regrouper l'ensemble des organisations syndicales et patronales pour faire un point de la situation (...) Tous ceux qui veulent s'inscrire dans une réforme universelle des retraites ce serait bien de leur demander de venir discuter ", a-t-il dit.

"Il faut retrouver le chemin du dialogue", a-t-il encore plaidé.

Mais, a-t-il dit, "vouloir être constructif, ça ne veut pas dire se laisser marcher dessus". "Si la question, c'est vous venez discuter et on va voir comment on applique +l'âge d'équilibre+, la réponse est non", a-t-il lancé. "On ne nous fera pas le coup de l'assurance chômage, on ne nous le fera pas deux fois", a-t-il prévenu.

Entre le 17 décembre et l'arrivé du texte en janvier "on a le temps de discuter".

Favorable au principe d'un régime universel de retraite, la CFDT est vent debout contre l'instauration d'un âge d'équilibre à 64 ans et veut que le gouvernement retire cette mesure.

"Ce n'était pas la promesse du président de la République", a-t-il rappelé. Il a aussi redit que la CFDT voulait que les critères de pénibilité retirés en juillet 2017 du compte de pénibilité, devenu compte de prévention, soient réintégrés.

Après les annonces d'Edouard Philippe mercredi, la CFDT a appelé à manifester le 17 décembre, date de mobilisation choisie par l'intersyndicale CGT, FO, Solidaires, FSU et organisations de jeunesse, pour une grande manifestation.

Laurent Berger a précisé qu'il ne serait "pas dans le carré de tête derrière une banderole qui dit pas de réforme systémique", aux côtés de Philippe Martinez (CGT) ou d'Yves Veyrier (FO) qui eux demandent le retrait de la réforme.

"Je crois que les Français n'ont pas compris ce qui se passait, dès 2022", a-t-il encore dit.

Les Français nés avant 1975 "ne seront pas concernés" par le futur système universel de retraites, mais le gouvernement veut mettre en place dès 2022, soit à partir de la génération née en 1960, un "âge d'équilibre" qui atteindra 64 ans en 2027.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.