Larcher (LR) critique la "verticalité" de la présidence Macron

Larcher (LR) critique la "verticalité" de la présidence Macron
Le président du Sénat, Gérard Larcher, à son arrivée à l'Elysée, le 5 juillet 2021 à Paris

publié le dimanche 05 septembre 2021 à 16h10

Le président du Sénat Gérard Larcher a critiqué la "verticalité" du pouvoir d'Emmanuel Macron, et l'a mis en garde contre l'idée d'utiliser la présidence française de l'UE comme un "tremplin" pour sa réélection, dimanche au deuxième jour de la rentrée des Républicains.

"Notre pays n'a jamais été aussi fracturé, archipelisé. Le président doit être père de la nation qui rassemble, qui rassure et raccorde", a-t-il lancé.

Or "les décisions se prennent en conseil de défense, se prennent autour de trois hommes, (...) cela ne peut pas durer", a-t-il ajouté, en préambule d'une session de questions-réponses avec les jeunes LR rassemblés au Parc floral de Paris pour leurs universités d'été.

Déplorant "une crise des résultats", M. Larcher a appelé à "réformer, libérer mais aussi rassurer, donner confiance", et estimé qu'il fallait "retrouver la proximité avec les Français" et "la voix du respect des uns et des autres".

A l'approche de la présidence française de l'Union européenne au premier semestre 2022, M. Larcher a regretté qu'Emmanuel Macron n'ait pas cherché à déplacer ce mandat au second semestre, pour qu'il ne chevauche pas le calendrier de la présidentielle.

"Nous allons avoir un président à temps partiel", a-t-il assuré, accusant Emmanuel Macron d'avoir "fait le choix que la présidence française soit un élément du tremplin de sa réélection".

Or "nous allons avoir des sujets majeurs" tels que "la sécurité et la défense" européennes que "nous devons prendre à bras le corps", a-t-il dit.

Quant à la question du droit d'asile, "on ne pourra pas continuer à se cacher d'un sujet à traiter avec nos valeurs humaines, républicaines, mais aussi avec la réalité que notre pays n'est plus en capacité d'accueillir et d'intégrer" pour préserver "sa cohésion", a affirmé M. Larcher.

Enfin à huit mois de la présidentielle, "nous entamons une ligne droite, nous ne pouvons pas être les derniers à sortir du virage car nous risquons de ne pas être au rendez vous", a-t-il averti.

Un peu plus tôt dans la journée, Laurent Wauquiez avait fait un passage remarqué à ces universités d'été, cheminant aux cris de "Merci Laurent" , ou encore "Lui il est de droite!"

Ces universités de la jeunesse, avec plus de 1.500 inscrits selon les organisateurs, avaient vu la veille le passage des quatre principaux candidats à une éventuelle primaire: Michel Barnier, Eric Ciotti, Philippe Juvin et Valérie Pécresse.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.