La situation sanitaire ne permet encore de lancer la réforme des retraites, estime Jean Castex

La situation sanitaire ne permet encore de lancer la réforme des retraites, estime Jean Castex
Jean Castex à Leucate, le 11 août 2021.

publié le jeudi 26 août 2021 à 09h49

Emmanuel Macron avait annoncé en juillet qu'il ne lancerait pas "cette réforme tant que l'épidémie ne sera pas sous contrôle et la reprise bien assurée".

Le moment de lancer la réforme des retraites, suspendue depuis mars 2020 et le début de la pandémie, n'est pas encore venu, a estimé jeudi 26 août le Premier ministre Jean Castex. Le gouvernement attendra la stabilisation de la situation sanitaire avant de s'emparer de ce sujet explosif, a-t-il assuré, tout comme Emmanuel Macron l'avait promis début juillet.

Jean Castex recevra toutefois les partenaires sociaux lors d'un sommet social les 1er et 2 septembre à Matignon.

La réforme des retraites sera évoquée, mais aussi la réforme de l'assurance-chômage, qu'Emmanuel Macron veut faire appliquer dès le 1er octobre. 

"La sauvegarde des retraites est absolument indispensable", a expliqué le Premier ministre sur RTL. Mais, "Le choix du moment est très important, a tempéré le Premier ministre. Si vous choisissez un mauvais moment, vous n'atteignez pas votre objectif. Et qu'a dit le Président de la République sur le moment (le 12 juillet, ndlr) ? Il a dit il faut que la crise sanitaire soit sous contrôle et que les conditions de la reprise économique soient consolidées. Sur le deuxième point, on n'en est pas loin, encore que, il faut mettre le paquet. (...) Sur le front sanitaire, la situation, pardonnez moi de le dire, n'est pas encore tout à fait stabilisée."



Le 12 juillet, Emmanuel Macron avait annoncé que la réforme des retraites sera engagée "dès que les conditions sanitaires seront réunies".

"Pour protéger les retraites actuelles et celles de nos enfants sans augmenter les impôts, il est juste et efficace de changer notre système de retraites", avait dit le chef de l'État dans une allocution télévisée, précisant toutefois qu'il ne "lancer(ait) pas cette réforme tant que l'épidémie ne sera pas sous contrôle et la reprise bien assurée".

"Notre système est injuste avec 42 régimes différents, il entretient des inégalités majeures et il faudra aller vers plus de simplicité pour plus de justice et donc les régimes spéciaux devront être supprimés pour les nouveaux employé dans ces secteurs", avait-il développé. Pour Emmanuel Macron, "parce que nous vivons plus longtemps, il nous faudra travailler plus longtemps et partir à la retraite plus tard".

Toutefois, il faudra "prendre en compte la difficulté des métiers. Mais progressivement, sur plusieurs années, et par un système qui fait la différence selon le travail réellement exercé. Et donc l'âge de départ doit être plus tardif", avait-il poursuivi. "Une vie de travail doit offrir une pension digne et donc toute retraite pour une carrière complète devra être supérieure à 1.000 euros par mois."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.