La réforme ferroviaire au rythme d'un tortillard au Sénat

La réforme ferroviaire au rythme d'un tortillard au Sénat
L'examen de la réforme ferroviaire, arrivée mardi, avançait mercredi au rythme d'un tortillard au Sénat

AFP, publié le mercredi 30 mai 2018 à 22h02

L'examen de la réforme ferroviaire, arrivée mardi, avançait mercredi au rythme d'un tortillard au Sénat.

En début de soirée, les sénateurs n'avaient toujours pas achevé l'examen de l'article un du projet de loi qui autorise le gouvernement à légiférer par voie d'ordonnances pour réformer le groupe public ferroviaire, les entités qui le composent et le régime juridique des personnels.

Deux amendements seulement avaient été adoptés, l'un qui inscrit au nombre des objectifs de la SNCF la lutte contre le réchauffement climatique, l'autre qui conforte le principe de l'unité sociale qui consiste à garantir au sein de l'ensemble du groupe un même socle de droits.

Les sénateurs travaillent sur un texte déjà largement amendé en commission avec l'aval du gouvernement. La commission a ainsi prévu d'inscrire l'incessibilité de la SNCF dans la loi et de favoriser le volontariat des salariés transférés à de nouveaux opérateurs. Elle a aussi permis, pendant une période déterminée, aux salariés réembauchés au sein du groupe public ferroviaire de bénéficier à nouveau du statut.

Mais ces dispositions n'ont pas été de nature à rassurer le groupe CRCE, à majorité communiste, qui défend pied à pied chacun de sa centaine d'amendements -systématiquement rejetés- et qui s'est fait le relai des inquiétudes des cheminots.

"Une seule voie est envisageable", a d'ailleurs lancé sa présidente Éliane Assassi: "Maintenir et améliorer le statut des cheminots", alors que Frédéric Marchand (LREM) demandait de ne pas prolonger "inutilement ce débat".

Les sénateurs ont jusqu'à jeudi  pour débattre du texte, déjà adopté en première lecture par les députés. Mardi prochain, le projet de loi sera l'objet d'un vote solennel.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.