La promesse de Macron qui pourrait coûter très cher à l'État

La promesse de Macron qui pourrait coûter très cher à l'État©Panoramic

6Medias, publié le lundi 05 février 2018 à 10h15

Le journal Les Echos a dévoilé lundi un rapport commandé en septembre par le Premier ministre sur l'organisation du service national universel. Cette mesure, voulue par Emmanuel Macron, pourrait coûter entre 2,5 et 3 milliards d'euros par an.

Emmanuel Macron en a fait une promesse : un service national universel sera instauré sous son quinquennat.

Mais cette mesure devant remplacer la journée de la citoyenneté a déjà suscité de nombreuses critiques, notamment sur son coût. Et le rapport commandé en septembre par le Premier ministre Edouard Philippe ne devrait pas faire taire les craintes.

Ce rapport "relatif à la mise en place d'un service national universel et obligatoire" envisage trois scénarios. Le premier prévoit un mois complet avec une formation militaire élémentaire, de l'éducation civique et citoyenne et des activités sportives. Le deuxième serait, lui aussi, d'un mois mais "sécable". La journée de la citoyenneté serait élargie à cinq journées, auxquelles s'ajouteraient trois semaines avec "des engagements à préciser". Le troisième et dernier scénario prendrait la forme d'un parcours scolaire entre 16 et 20 ans, encadré par des militaires et des enseignants.

Selon les trois scénarios retenus dans le rapport, notamment en fonction du choix de l'hébergement, ce service national universel devrait coûter entre 2,4 et 3,1 milliards d'euros chaque année. Pour les auteurs, ce coût est à confronter "aux autres besoins de financement de l'action publique" alors que l'exécutif s'est engagé à réaliser des économies durant le quinquennat.

Surtout, le coût du service pourrait encore s'alourdir les premières années avec d'importants investissements dans les centres d'hébergements - entre 3,2 et 5,4 milliards d'euros - si l'exécutif retient l'hypothèse d'héberger tous les jeunes appelés (sauf dans le scénario 3). Selon les rapporteurs, il serait possible d'utiliser les 226 000 places en internat dans les collèges et lycées, ainsi que les 120 000 places des CROUS. Mais certains internats sont jugés trop vétustes et ce scénario imposerait de mobiliser du personnel, notamment des enseignants "sollicités sous forme d'heures supplémentaires bonifiés".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
783 commentaires - La promesse de Macron qui pourrait coûter très cher à l'État
  • Assez étrange le comportement de cet homme qui n'a jamais fait de service militaire et qui trouve que cela serait bien pour les autres .pourquoi encore surcharger les programmes scolaires ? Sans aucun doute pense-t-il que nos scolaires et étudiants non que cela a faire et sont trop bon en français et math .... ...et après il vas nous expliquer le nombre de fonctionnaires et les militaires (déjà en sous effectifs )encadrant ce dispositif ne seront pas sur le terrain et donc les remplacer par des emplois précaires (sous payés !!)
    Ça en deviendrai comique si la note n'était pas aussi salée pour les manants que nous sommes !!!

  • moi j'ai fait un an d'armée ,là d'accord , mais un mois c'est purement de la rigolade,je peux vous dire qu'ils y en a qui vont bien se marrés ça va vraiment être la grande vadrouille ,il ne manquera plus que de funès ,le pire dans tout cela ,c'est le coût exorbitant ,que le contribuable va encore et encore supporter,macron ne doit pas avoir fait d'armée ça se voit,

  • pourquoi pas à notre époque on faisait 18mois voir 24 on avait une armée pas des rigolos qui vont venir un mois glander et nous couter de l'argent

  • Il est illusoire de penser qu'un mois de service, même sécable, puisse faire d'un jeune un citoyen modèle. De plus, on puiserai ce mois à quelle époque ? Durant l'année scolaire ou estudiantine ? Tous les jeunes en même temps ? Sinon, de quelle façon alterner études et service national ? Tout ceci me semble hautement improbable, et ne se fera certainement pas. L'avenir me donnera t-il tort ou raison ?

  • C'est irréaliste et ridicule ! Un mois est totalement insuffisant et inefficace ! Encore des promesses de campagne irréfléchies et onéreuses ! Comme beaucoup de choses ! Qui plus est, venant d'un monsieur qui ne sait même pas ce que c'est qu'une pétoire automatique !