La gauche "a abandonné beaucoup de territoires idéologiques à la droite, regrette Faure

La gauche "a abandonné beaucoup de territoires idéologiques à la droite, regrette Faure
Olivier Faure à Nantes le 27 juin 2021

publié le jeudi 08 juillet 2021 à 21h52

La gauche "a abandonné beaucoup de territoires intellectuels, idéologiques à la droite, voire à l'extrême droite", a regretté le premier secrétaire du PS Olivier Faure jeudi soir, lors d'une présentation sur les réseaux sociaux du projet du PS pour 2022.

Lors de la sixième et dernière séquence de "Live", intitulée "la République fraternelle", il a regretté que la gauche ait "eu tendance", "dans un premier temps" à "vouloir éviter" le débat "sur l'identité: qui sommes-nous, que voulons-nous, où voulons-nous aller?". 

"Je crois que nous avons eu tort de laisser ce débat prendre cette ampleur sans jamais vouloir donner notre propre vision de ce qu'est la République française. On a abandonné beaucoup de territoires intellectuels, idéologiques à la droite, voire à l'extrême droite", a-t-il poursuivi. 

"C'est bien qu'aujourd'hui on ait cette volonté de se réarmer, de redire dans l'espace public ce que doit être notre propre vision de la République", a-t-il insisté. 

La République fraternelle "c'est lutter contre les discriminations, de genre, de sexualité, de couleur de peau, de religion" mais aussi évoquer la question des salaires, du logement, de l'éducation, de la sécurité, a-t-il développé. 

Lancée depuis février dernier, cette série de réunions  visait "à montrer que nous n'étions pas à court d'idées et à court d'engagements possibles pour le quinquennat qui vient", a martelé le premier secrétaire.

Toutes les propositions du projet sont visibles sur le site rdv2022.fr, et peuvent être votées et amendées, au sein du parti et au-delà, car "si on veut transformer ce pays", "il faut partager le plus largement possible", a insisté Olivier Faure. 

"Ca ne peut pas se faire dans le cadre étroit d'une seule formation politique", car "autrement (une fois au pouvoir, ndlr), nous serons condamnés à gérer les affaires courantes, et franchement revenir au pouvoir pour gérer les affaires courantes, c'est non merci", a-t-il dit.   

Une synthèse de ces travaux sera présentée lors des journées d'été du PS à Blois fin août.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.