La commission d'enquête du Sénat sur Benalla, un "précédent dangereux" pour Aurore Bergé (LREM)

La commission d'enquête du Sénat sur Benalla, un "précédent dangereux" pour Aurore Bergé (LREM)
Aurore Bergé photographiée lors d'une séance photo le 8 janvier 2018 à Paris
A lire aussi

AFP, publié le mercredi 20 février 2019 à 08h51

Aurore Bergé, porte-parole de La République en marche, a estimé mercredi que la commission d'enquête du Sénat, qui rend dans la matinée son rapport sur l'affaire Benalla, a "voulu faire de la politique" et crée un "précédent dangereux".

"Il y a peu de sérénité dans ce dossier depuis le début et il y a beaucoup de volonté politique, on l'a vu avec la commission d'enquête au Sénat", a dénoncé sur RFI la députée des Yvelines.

"Je pense que ça pose un précédent qui est quand même dangereux, ce n'est pas à l'Assemblée ni au Sénat de rendre la justice sur quelque affaire que ce soit", a-t-elle mis en garde 

"C'est dangereux et, de fait, le Sénat a voulu faire de la politique. Ils ont le droit de le faire, mais qu'il faut respecter quand même la séparation des pouvoirs, l'indépendance de la justice", a insisté la députée.

"Sinon ça veut dire qu'on va créer des commissions d'enquête systématiquement pour doublonner des enquêtes en cours, que ce soit sur monsieur Benalla ou qui ce soit ?", s'est-elle interrogée.

"La justice avance, travaille, il faut qu'elle le fasse le plus sereinement possible", a-t-elle conclu.

La commission des Lois du Sénat présente mercredi son rapport d'enquête sur l'affaire Benalla, du nom de l'ex-chargé de mission de l'Élysée soupçonné d'avoir menti sous serment et placé la veille derrière les barreaux.

Après sept mois de feuilleton, un juge a décidé mardi de placer en détention provisoire l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron pour ne pas avoir respecté son contrôle judiciaire, dans l'enquête sur les violences du 1er mai 2018 à Paris qui lui vaut d'être mis en examen.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.